Navigation – Plan du site

Notre Dame du Queer ou du mauvais genre en traduction

Nadia Louar
p. 121-134

Résumés

Queer avant la lettre, l’œuvre de Jean Genet plus que tout autre se donne comme le terrain d’investigation idéal pour une réflexion sur la traduction du genre grammatical. Cet article se propose d’explorer les enjeux grammaticaux que pose la traduction du texte de Jean Genet Notre-Dame-des-Fleurs à la lumière des enjeux politiques et linguistiques que revendiquent la théorie et les pratiques langagières queer. Il s’intéresse à la nature performative de l’écriture queer de Jean Genet et montre comment son jeu de transversalité implique une pratique de la traduction de son œuvre comme transgression. C’est en tant que pratique de travestissement et de transgression qu’est considérée la traduction dans cette étude sommaire : la traduction ethnocentrique qui travestit le texte original pour le rendre lisible dans la langue dite d’arrivée se distinguera d’une réécriture qui transgresse son propre espace intérieur pour ramener à la surface textuelle l’illisibilité originaire.

Haut de page

Texte intégral

Le queer

1Alors que le français s’efforce désormais de marquer grammaticalement le féminin, notamment par une féminisation des noms de métier et des titres officiels, la tendance en anglais est de retirer du langage toute connotation sexuelle. Chairman devient ainsi chairperson avant de devenir la synecdoque chair, tandis que professeur devient professeure et écrivain, écrivaine. Si la discrimination sexuelle se discute en pays francophone en bon ou mauvais français, le débat dans le monde anglo-saxon se situe sur un autre plan. La preuve en est qu’aucune des dispositions législatives réunies dans le Sex Discrimination Act du Parlement anglais passé en 1975, ou dans le Title IX américain datant de 1972, visant à assurer l’égalité entre les sexes, ne porte sur la question du langage. Cependant, si le fait linguistique se situe en contrepoint d’une politique identitaire en France, cela n’en est pas moins vrai pour les pays anglophones, où sous l’influence américaine une réappropriation de certains vocables a inauguré une vague de revendications dévoilant les revers pernicieux d’une langue politiquement correcte. Aux États-Unis, en effet, les Noirs américains se réclamèrent ainsi du terme nigger pour purger le mot de ses infamies et lui donner une seconde vie. Succès mitigé, le N.word demeure l’euphémisme employé, et le discours académique qui institutionnalisa les études de la « question noire » retint de cette tentative le mot black pour « Black Studies ». Quelques décennies plus tard, c’est avec « we are here, we are queer, get used to it » que l’on vient revendiquer une identité sexuelle récusée. Les « travers » sexuels que se réapproprient ainsi les exclus de la société américaine, présumée blanche et hétérosexuelle se cristallisent dans un mouvement contestataire qui revendique une « identité queer », véritable contradiction dans les termes1.

2Queer avant la lettre, l’œuvre de Jean Genet plus que tout autre se donne comme le terrain d’investigation idéal pour une réflexion sur la question du genre sexuel et grammatical. « Notre Dame du Queer », titre de cet article, aurait pu ainsi tout aussi bien être « Notre Dame du Cuir », qui rappellerait le drag show (jeu de travestissement ou de performance du genre masculin/féminin du New York des années soixante-dix) auquel on identifierait l’œuvre de Genet ; elle aurait pu aussi s’écrire « Notre Dame du Qu’ouïr », œuvre par excellence du malentendu et de l’équivoque. N’est-ce pas, en effet, de mascarade, de masque et de jeu de rôle qu’il s’agit ici ? Le jeu sur le signifiant que permet la traduction en français de ce curieux vocable révèle l’importance du jeu linguistique et des enjeux idéologiques que les études queer suscitent en milieux universitaires francophones. Queer Zones, La pensée straight, queerizer, transgenre, les termes anglais demeurent et se francisent. Leur inclusion surprenante et présence hétéroclite dans le lexique français font jouer une étrangeté de la langue vis-à-vis d’elle-même en même temps qu’elles énoncent et dénoncent un décalage entre une constellation d’identités sexuelles et leur expression singulière dans la langue.

3Dans un article clairvoyant et érudit sur la difficulté de traduire l’œuvre de Gilles Deleuze en allemand, la philosophe Jehanne Dautrey dévoile l’enjeu conceptuel de ces paradigmes lexicaux : « Il ne s’agit pas seulement de l’incorporation de termes étrangers mais d’une entreprise de recréation du sens des mots existants […] » (Dautrey, 2007 : 11). Dans son analyse de la traduction de Critique et Clinique, elle montre comment certains concepts clés de Deleuze sont germanisés à partir de vocables français et préférés aux termes allemands existants :

Bien que le terme Territorium existe en allemand pour désigner le territoire, on trouve respectivement Deterritorialisierung pour déterritorialisation et Reterritorialisierung pour reterritorialisation ; le terme n’est pas reconstruit en allemand, il est décalqué du français. Ou plutôt, ce n’est pas le mot qui est décalqué du français, mais le problème tout entier, la constellation cartographique dont procède la création conceptuelle. (Dautrey, 2007 : 11)

4Nous envisageons l’importation d’une terminologie anglo-saxonne de la pensée queer dans la perspective d’un semblable investissement conceptuel. Queer se conjugue effectivement à une pensée, à une théorie et un discours politique. Ce que dénote, connote et, véritablement, importe ce signe linguistique, c’est une fonction conceptuelle qui rend compte des nouveaux modèles identitaires désormais visibles dans la société. L’entrée de l’élément queer dans le schéma binaire masculin/féminin marque ainsi la fin d’une pensée hétérocentrique reposant sur un pouvoir hétéronormatif et fait entendre les dissonances politiques que cette « décalcomanie » implique.

5C’est à la lumière des réalisations linguistiques et politiques que revendiquent la théorie et les pratiques langagières queer que nous abordons celles que pose la traduction du texte de Jean Genet, Notre-Dame-des-Fleurs. Nous nous efforçons de poser ici les premiers jalons d’une étude théorique sur la nature performative de l’écriture queer de Jean Genet. Nous voulons montrer comment le propos genétien, dans son jeu de transversalité, implique une pratique de sa traduction comme transgression. Plus concrètement il s’agit d’observer, d’une part, comment le traducteur de Jean Genet négocie les marques grammaticales du féminin que celui-ci assigne à ses personnages homosexuels et comment, d’autre part, les figures linguistiques de l’ambiguïté sexuelle dans cette œuvre se traduisent dans les figures travesties du texte en traduction. C’est en tant que pratique de travestissement et de transgression que nous nous proposons de considérer la traduction dans cette étude sommaire. Nous distinguerons la traduction ethnocentrique qui travestit le texte original pour le rendre lisible dans la langue dite « d’arrivée » d’une récriture qui transgresse son propre espace intérieur pour ramener à la surface textuelle l’illisibilité originaire.

Genre et Gender

6Première question évidente à laquelle il nous faut tout de même bien répondre : comment dire le gender anglais avec le genre français ? En d’autres termes, comment passer d’une réalité administrative anglophone à un concept grammatical francophone ? De gender à genre, nous passons, en effet, non seulement d’une langue à une autre mais aussi d’une réalité à une autre. Le genre en français s’inscrit dans une construction linguistique ; gender en anglais, nous le savons, est avant tout une construction sociale. Dans son œuvre séminale, Gender Trouble, Judith Butler nous rappelle à cet égard que le terme ne correspond aucunement à une réalité biologique stable et immuable mais constitue un acte qui performe un genre assigné socialement. Dans ce contexte, le genre n’est pas un fait biologique irrévocable mais une ré-action sociale2.

7Les questions de traduction du genre grammatical du français par le gender anglais (et vice versa) et la réflexion sur l’identité sexuelle que cette traduction entraîne dans son sillage se prêtent particulièrement à une « lecture queer ». Nous rappelons que ce terme doit s’envisager dans le sens d’un questionnement sur les assignations linguistiques et sociales du signifié. La « pensée queer » telle qu’elle a été théorisée en milieu universitaire vise, à l’instar des philosophies déconstructionnistes dont elle s’inspire, à déconstruire littéralement tous les essentialismes et autres assignations normalisantes reposant sur des binarismes réducteurs tels que homo/hétéro, masculin/féminin, etc. La question de la marque ou de la démarque de l’identité sexuelle dans la langue est, de ce fait, éminemment complexe et postmoderniste : elle pose immédiatement le problème de la pertinence de la différence. S’agit-il, en effet, de marquer ou de démarquer les différences sexuelles, ou de revenir encore et encore sur le concept même de différence ? En inaugurant un questionnement philosophique par celui de l’identification sexuelle, l’œuvre de Jean Genet se place d’emblée sous le signe des études queer telles qu’elles se sont développées dans les universités américaines.

8L’œuvre de Genet, en effet, tout comme celle de Samuel Beckett (et nous pensons ici à l’énigmatique et intraduisible Worstward Ho)3, implique une pratique de la traduction qui problématise le concept même de langue et souligne les revers et travers d’une linguistique des normes. L’écart de langage que sollicitent ces œuvres nomothétiques se signale, en effet, par une exploitation ludique des paradigmes grammaticaux. Si Beckett, dans son texte énigmatique, réinvente facétieusement les règles morphosyntaxiques, Genet, dans Notre-Dame-des-Fleurs, fait, défait et refait l’histoire du genre et expose le caractère irréductible de l’identité sexuelle. Il passe ainsi du féminin au masculin « au gré de son humeur », et enfreint la loi d’un genre grammatical révolu dans son univers fictionnel. Parce que la démarche subversive de l’écrivain inscrit ainsi au cœur même de son écriture de nouvelles configurations identitaires, le traducteur idéal du texte genétien se devra de « décalquer » tout entière la langue transversale de Genet et accueillir dans sa réécriture les enjeux poétiques et politiques annexés.

9Le concept psychanalytique de transversalité envisagé par Guattari, puis disséminé par Deleuze dans le monde de la pensée philosophique que nous utilisons ici est la capacité de faire converger différents domaines ou disciplines4. Cette convergence hétérogène permet de construire de nouveaux réseaux de signification donnant lieu à de nouveaux concepts. De nombreux poètes et écrivains ont traduit d’autres poètes et écrivains. Leur talent littéraire, reconnu ou méconnu, ne signifie pas nécessairement un art inné de la traduction. Lorsqu’il s’agit de poètes traducteurs, certains automatismes stylistiques interviennent parfois dans l’activité traduisante. Antoine Berman met en garde contre « les recréations » libres qu’il définit comme des « formes hypertextuelles poétiques » dépassant « la texture de l’original » que l’on ne doit pas confondre avec de vraies traductions :

Dans le premier cas, on a l’arbitraire capricieux d’un poète qui s’annexe tout ce qu’il touche ; dans le second, la visée poétique est liée à la visée éthique de la traduction : amener sur les rives de la langue traduisante l’œuvre étrangère dans sa pure étrangeté, en sacrifiant sa « poétique » propre. (Berman, 1999 : 41)

10Afin que le traducteur traverse les limites linguistiques sans enfreindre la « lettre » du texte5, une convergence d’opérations mentales s’avère donc nécessaire. Lorsqu’un écrivain inscrit ces opérations dans son texte même, et c’est le cas de Genet dans Notre-Dame-des-Fleurs, la démarche du traducteur devient beaucoup plus complexe. Pour mieux en montrer le principe et clarifier l’enjeu de cet exercice ardu, nous proposons d’analyser deux exemples de traduction du texte de Genet par Bernard Frechtman qui illustrent parfaitement notre propos. Dans la citation qui suit, le narrateur de Notre-Dame-des-Fleurs annonce le projet narratif et présente d’emblée la fluctuation de ces nouvelles configurations comme une caractéristique primordiale. Suit immédiatement la traduction de Bernard Frechtman :

Je vous parlerai de Divine au gré de mon humeur mêlant le masculin au féminin, et s’il m’arrive au cours du récit d’avoir à citer une femme, je m’arrangerai, je trouverai bien un biais, un bon tour afin qu’il n’y ait pas de confusion.(Genet, 1951, vol. 2 : 22)

I shall speak to you about Divine, mixing masculine and feminine as my mood dictates, and if, in the course of the tale, I shall have to refer to a woman, I shall “manage”, I shall find an expedient, a good device to avoid any confusion. (Frechtman, 1963 : 81)

11Immédiatement on remarquera que citer une femme, c’est-à-dire le projet genétien de rapporter à Divine ses paroles et de lui rendre au discours indirect sa subjectivité féminine, devient to refer to a woman en anglais. Divine disparaît ainsi en tant que sujet de l’énoncé et réapparaît en tant qu’objet. Les choix lexicaux du traducteur participent d’une même tendance (ou prédisposition) à réinstaurer l’ordre hétéronormatif et réaffirmer la binarité sexuelle. La traduction de biais par le terme anglais expedient met en relief, en effet, l’artificialité des moyens engagés pour contourner les difficultés identitaires que soulève le texte de Genet et justement éviter toute confusion, to avoid any confusion. Expedient appelle en anglais des synonymes tels que maneuver, scheme, stratagem et suggère une choséité, something contrived, qui réitère l’objectification suggérée par le syntagme verbal refer to a woman. Biais, en revanche, est défini comme « aspect, moyen détourné », moyen qui ne promet nullement d’opposer le désordre identitaire mais de l’aborder par des itinéraires obliques, esquivant la ligne droite (straight) hétéronormative. Biais indique ainsi la démarche alternative que Genet poursuit pour inventer et rendre compte de nouveaux modèles subjectifs.

12Nous ne remarquons pas ici le décalage sémantique pour réitérer un lieu commun de la pratique de la traduction, notamment l’impossibilité de facto des langues à s’ajuster parfaitement, mais pour plus fortement mettre en relief la subjectivité de l’auteur, Jean Genet, et du traducteur, Bernard Frechtman. Tous deux, semble-t-il, sont bien au fait de la difficulté de marquer ou d’effacer l’identité sexuelle dans leur langue respective. L’auteur de Notre-Dame-des-Fleurs trouve cependant un bon « tour » pour, justement, détourner l’expression du genre de sa mission grammaticale ; « il » sera ainsi tour à tour « il » et « elle ». Bon tour linguistique, en effet, si l’on considère que « tour », au-delà des jeux de mots faciles, est la figure de style par excellence. Pierre Fontanier dans son manuel des figures du discours publié et préfacé par Gérard Genette en 1968 définit en effet les figures comme « les tours ou les formes par lesquels le langage s’éloigne plus ou moins de ce qui en eût été l’expression simple et commune » (Fontanier, 1993 [1968] : 178). Énoncé performatif s’il en est, l’écriture queer de Jean Genet transgresse la dénotation grammaticale en en parcourant les assignations sans jamais s’y fixer. Bien que Bernard Frechtman rende le texte fidèlement (nous reviendrons sur cette notion de fidélité), sa lecture et donc son écriture émanent d’une interprétation hétéronormative. Répondant à une lecture sociale et une linguistique des normes, le traducteur ne peut, en effet, que traduire les détours linguistiques de l’ambiguïté sexuelle de Jean Genet par des figurations travesties ; « elle » et « il » ne sont donc plus chez lui sujets de la transgression identitaire mais objets dénaturés.

13Le deuxième passage concerne plus précisément la difficulté du personnage à se caler à l’intérieur d’une identité sexuelle fixe. Nous voulons montrer par cette brève analyse que l’irrésolution sexuelle qui caractérise les personnages genétiens est, de fait, constitutive de l’écriture. Pour reprendre une terminologie lacanienne, c’est dans l’écriture même que ça vacille. Divine, dont la vie délimite le récit, est un personnage « composite » tel que nous le révèle Freud dans son interprétation des rêves. Divine peut donc être aisément à la fois autobiographique et fictionnel, masculin et féminin, enfant et adulte. L’histoire commence et se termine avec ses funérailles, et dans les détours narratifs auxquels le lecteur est soumis, l’histoire du petit Culafroy, gamin du village, devenu Divine, prostituée notoire, se fait jour. En général, lorsque l’enfant du village est décrit, il est « il », devenue Divine, elle est « elle » :

Si elle sentait « femme », elle pensait « homme ». On pourrait croire que revenant ainsi spontanément à sa véritable nature, Divine était un mâle maquillé, échevelé de gestes postiches ; mais il ne s’agit pas de ce phénomène de la langue maternelle à laquelle on a recours aux heures graves. Pour penser, Divine ne devait jamais formuler à haute voix, pour elle-même, ses pensées. Sans doute, il lui était arrivé déjà de se dire tout haut : « Je suis une pauvre fille ». Mais l’ayant senti, elle ne le sentait plus, et le disant, elle ne le pensait plus. […] Elle arrivait à penser « femme » à propos de choses graves mais jamais essentielles. Sa féminité n’était pas qu’une mascarade. Mais, pour penser « femme » en plein, ses organes la gênaient. Penser, c’est faire un acte. Pour agir […] il faut poser son idée sur un socle solide, alors venait à son aide l’idée de solidité, qu’elle associait à l’idée de virilité et c’est dans la grammaire qu’elle la trouvait à sa portée. Car si pour définir un état qu’elle éprouvait, Divine osait employer le féminin, elle ne le pouvait pas pour définir une action qu’elle faisait. Et tous les jugements « femme » qu’elle portait étaient, en réalité, des conclusions poétiques (Genet, 1951, vol. 2 : 121).

14Voici ce qu’en fait Frechtman :

For, though she felt as a “woman,” she thought as a “man.” One might think that, in thus reverting to her true nature, Divine was a male wearing makeup, disheveled with make-believe gestures; but this is not the case of the phenomenon of recourse to the mother tongue in times of stress. In order to think with precision, Divine must never formulate her thoughts aloud, for herself. Doubtless, there have been times when she had said to herself aloud: “I am just a foolish girl,” but having felt this, she felt it no longer, and in saying it, she no longer thought it. […] She managed to think “woman” with regard to serious but never essential things. Her femininity was not only a masquerade. But for thinking “woman” completely, her organs hindered her. To think is to perform an act. […] In order to act, you have to set your idea on a solid base. So she was aided by the idea of solidity, which she associated with the idea of virility, and it was in grammar that she found it near at hand. For, if to define a state of mind that she felt, Divine dared use the feminine, she was unable to do so in defining an action, which she performed. And all the “woman” judgments she made were, in reality, poetic conclusions (Frechtman, 1963 : 235).

15Le passage du français à l’anglais montre précisément comment la marque grammaticale devient un tour de force chez Jean Genet, c’est-à-dire une figure de virilité qui ne renvoie à aucune norme ou identité sociale ou linguistique. Au contraire, elle exprime en une réalité fluctuante et poétique le sujet sexué. L’auteur de Notre Dame met ainsi en scène dans la langue même sa compétence ludique et ironiquement la donne telle qu’elle est : un bon tour figurant au gré du narrateur les différentes postures identitaires des personnages. Quant à la traduction de Frechtman, elle demeure explicative. Elle émane d’un point de vue normalisant qui objecte un as métaphorique à la littéralité des fluctuations identitaires que Divine exhibe tout au long du récit.

16Refuser la contiguïté, et penser ainsi le personnage, femme ou homme, c’est, à la suite du Saint Genet de Sartre, se conformer au schéma hétérosexuel et accepter sans sourciller la parodie comme une perversion qu’il faudrait contenir. Réintroduire le terme binaire par un as comparatif et travestissant au lieu même du palimpseste identitaire que propose la fiction, c’est refuser de voir que Jean Genet envisage non seulement la transposition des identités sexuelles mais aussi leurs superpositions. Hector Kollias, qui, avec Leo Bersani6, voit une affinité explicite entre passivité sexuelle (rôle sous-entendu féminin) et trahison, insiste sur la nécessité de voir le sujet sexuel genétien comme une compilation de forces opposées plutôt qu’un sujet unique divisé :

It is very difficult to talk about active/passive roles in Genet’s novels, while at the same time it is inevitable and necessary. This is because the role is like a mask operating as a shifter, it gets passed around so to speak and no one character is resolutely and un-problematically given one or the other role. […] What this allows is the creation of a chain of relations in which substitutability is more important than the permanent inscription of one or the other identity, one or the other role. (Kollias, 2006 : 484, mon italique)

17Kollias conteste ici une polarité sexuelle qui s’exprime traditionnellement par une rigidité grammaticale et sociale et rend compte de la qualité véritablement performative du masque linguistique. En redéfinissant les jeux de rôle en termes de déictiques (shifters), Kollias souligne l’aspect performatif du tenant lieu : le féminin cesse alors d’être une instance contradictoire du masculin, mais compose « avec » lui, dans une contiguïté qui rappelle la définition désuète mais précieuse de « la fonction poétique » de Jakobson.

En finir avec cette fidélité

18La sexualisation de la traduction, dont la formule célèbre des « Belles infidèles » caractérise et définit la pratique pendant plus de deux siècles, doit sa longévité à un ethnocentrisme qui profite de l’incidence du genre grammatical de la pratique pour conjuguer frivolité et traduction et oblitérer les raisons esthétiques de cette dénomination.

19Selon de nombreux théoriciens et praticiens, le paradigme jouit effectivement d’une complicité culturelle investie dans la notion même de « Belles infidèles », laquelle pose en termes d’équivalences métaphoriques l’infidélité endémique au beau et faible sexe et celle de la traduction. Au cours des trente dernières années cependant, il semble que s’est amorcé un tournant linguistique, culturel et politique, inauguré avec les mouvements féministes qui remettent en question une sexualisation définie selon un modèle patriarcal. À sa suite, une nouvelle école critique qui se rallie sous la bannière de la critique post-colonialiste revient sur la pratique de la traduction pour attaquer l’énonciation ethnocentriste et les colorations stéréotypes qui caractérisent les traducteurs occidentaux. Puis enfin, le coming out de la traduction, si nous pouvons nous permettre l’expression, entraîne à son tour de nouvelles interrogations. Au cœur de ce tournant théorique nomothétique, l’on retrouve le questionnement post-moderniste sur le concept d’origine. Comme nous le rappelle Julia Kristeva dans une interrogation rhétorique, « l’écrivain, depuis la nuit des temps, n’est-il pas […] le penchant du législateur, un “logothète” face au “nomothète” qui modifie la langue comme le juriste modifie les lois » ? (Kristeva, 1998 : 386)

20La traduction n’est pas un acte de mimesis translinguistique. Elle est ce que la philologue appelle une « mise en langue », mise en langue que nous avons considérée ici en plusieurs actes dans une perspective pragmatique. La performativité de la langue telle que l’a d’abord formalisée le linguiste anglo-saxon, J. L. Austin, puis développée Sir John Searle, a conduit à une réification des fonctions langagières qui a mis au premier plan la dimension dramatique et sociale de la représentation linguistique.

21Dans sa préface à Sade, Fourier, Loyola, dans laquelle Roland Barthes rebaptise son œuvre « le livre des logothètes, des fondateurs de langues » (Barthes, 1971 : 7), le sémioticien distingue, à cet égard, parmi les opérations qui permettent de « fonder une langue nouvelle », l’opération fondatrice sans laquelle le logothète ne serait qu’un rhéteur :

Si la Logothesis s’arrêtait à la mise en place d’un rituel, c’est-à-dire, en somme, d’une rhétorique, le fondateur ne serait rien de plus que l’auteur d’un système. […] Il faut, en effet, pour fonder jusqu’au bout une langue nouvelle, une quatrième opération, qui est de théâtraliser. Qu’est ce que théâtraliser ? […] C’est illimiter le langage. (Barthes, 1971 : 10)

22La langue de l’écrivain est donc mouvement, mouvement social vers un devenir de la langue, devenir deleuzien qui ne concerne ni une langue de départ, ni une langue d’arrivée mais un devenir langue qui ne se confond pas avec la langue. Lorsque « dire c’est faire », les notions de théâtralité et de performativité sont effectivement conférées dans les actes de langage (ou énoncés performatifs). La transformation culturelle du genre naît de ces actes mêmes. Comme l’écrit l’inspiratrice des études du genre : « the acts by which gender is constituted bear similarities to performative acts within theatrical contexts ». (Butler, 1990 : 521)

23Dans son « Éloge de la trahison », Alexis Nouss nous rappelle que la traduction est un concept fuyant, une notion volage qui ne se laisse pas aisément circonscrire et qu’il faut sans cesse redéfinir. Dans son essai, il réexamine l’infidélité de la traduction et revient sur le sens de cette trahison présumée. Il reconsidère alors la trahison et l’inconstance comme des vertus qui ne vont nullement à l’encontre d’une déontologie de la pratique. Au contraire, son éloge offre une solution esthétique à un dilemme éthique. Nouss voit, à l’instar d’Antoine Berman, que l’horizon de la traduction s’étend au-delà du paysage strictement linguistique pour s’engager dans ses voies adjacentes. La traduction est, en effet, nécessairement une écriture autonome et plurielle transportant dans son corps en mouvement une discursivité intrinsèque, un dialogue constant avec l’étranger. La relation à l’Autre est d’ailleurs, selon Berman, la condition sine qua non de ce mouvement particulier des langues qu’estla traduction. Dans le sillage levinassien, Berman insiste sur une visée éthique qui consiste à recevoir l’étranger en tant qu’étranger. La relation éthique est ainsi, avant tout autre, une relation dialogique. Dans ce contexte, traduire fidèlement, c’est aller à la rencontre et à l’encontre de l’Autre. C’est, sans aucun doute en ce sens que nous devons comprendre le concept de fidélité bermanien.

La traduction, écrit-il, de par sa visée de fidélité, appartient originairement à la dimension éthique. Elle est, dans son essence même, animée du désir d’ouvrir l’Étranger en tant qu’Étranger à son propre espace de langue. […] Cela a rarement été le cas. Au contraire, […] « la logique du même » l’a presque toujours emporté. (Berman, 1999 : 75)

24Le traducteur se doit de rendre fidèlement, dans cette nouvelle acception sémantique, toutes les strates de l’écriture.En voulant aplanir les aspérités de la langue genétienne, Bernard Frechtman faillit à sa tâche de traducteur. Le projet genétien, dans son jeu de transversalité, implique une pratique de sa traduction comme transgression des normes linguistiques, sociales et identitaires. L’ambiguïté que provoque le décloisonnement grammatical du genre dans l’œuvre de Genet ne mène cependant qu’à un grimage travestissant dans l’œuvre en traduction. C’est au niveau du point de vue que le décalage surgit, parce que Genet « met en langue » l’ambiguïté de l’identité sexuelle du personnage tandis que le traducteur continue d’obéir à la lettre (littérale) et met en scène. Il fait, au sens fort du terme, du mot à mot. Au lieu de traduire « la lettre » du texte, il va « du pareil au même » sans révéler l’étrangeté radicale de l’œuvre de Genet.

25Le grand traducteur des mots et des choses philosophiques différencie entre ces deux sortes de traduction, qui n’ont, selon lui, « ni même fonction, ni même nature » :

Les unes font passer dans une autre langue une chose qui doit rester identique (le sens, la valeur de beauté) ; elles sont bonnes quand elles vont « du pareil au même ». Et puis il y a celles qui jettent un langage contre un autre, assistent au choc, constatent l’incidence et mesurent l’angle. Elles prennent pour projectile le texte original et traitent la langue d’arrivée comme une cible. Leur tâche n’est pas de ramener à soi un sens né ailleurs ; mais de dérouter, par la langue qu’on traduit, celle dans laquelle on traduit. […] Une traduction de ce genre vaut comme le négatif de l’œuvre : elle est sa trace creusée dans la langue qui la reçoit. (Foucault, 1977 : 425, mon italique)

26Jean Genet force une ouverture sur l’Autre et laisse entendre dans sa langue toute son A-normativité. Il inscrit dans son œuvre même la question du traduire. Dans son comment dire, on entend déjà, comment dédire, puis redire ; en un mot, comment traduire ? La langue de Jean Genet qui aime ainsi à se jouer des lois du genre doit se creuser pour se laisser traduire et offrir enfin l’indocilité de sa propre étrangeté, sa queeriosité. Nous laisserons donc les derniers mots à cet ennemi déclaré du langage : « Écrire, c’est le dernier recours qu’on a lorsqu’on a trahi [..].  Écrire, c’est peut-être ce qui vous reste quand on est chassé du domaine de la parole donnée. » (Genet, 1991 : 225)

Haut de page

Bibliographie

Austin, John Langshaw, 1975 [1962], How to Do Things with Words, Harvard, Harvard University Press.

Barthes, Roland, 1971, Sade, Fourier, Loyola, Paris, Seuil.

Berman, Antoine, 1999, La Traduction et la lettre ou l’auberge du lointain, Paris, Seuil.

Bersani, Leo, 1995, « The Gay Outlaw », in Homos, Cambridge, Harvard University Press.

Butler, Judith, 1990, Gender Trouble. Feminism and The Subversion of Identity, New York, Routledge.

—, Dec. 1998, « Performative Acts and Gender Constitution: An Essay in Phenomenology and Feminist Theory », in Theater Journal, Vol. 40, n° 4, p. 519-531.

Dautrey, Jehanne, Eté 2007, « Géographie du multiple. La traduction comme problème philosophique chez Gilles Deleuze », Multitudes 29 [online], Traduire Deleuze. http://multitudes.samizdat.net/spip.php?article2937.

Deleuze, Gilles, 1980, Mille plateaux, Paris, les Éditions de Minuit, coll. « Critique ».

Fontanier, Pierre, 1993 [1968], Les Figures du discours, Paris, Flammarion.

Foucault, Michel, 1977, Dits et écrits 1954-1969, Paris, Gallimard.

Genet, Jean, 1951, Notre-Dame-des-Fleurs, Paris, Gallimard.

—, 1963, Our Lady of the Flowers, trad. Bernard Frechtman, New York, Grove Press.

—, 1991, L’Ennemi déclaré, Paris, Gallimard.

Guattari, Félix, 1972, Psychanalyse et transversalité, préface de Gilles Deleuze, Paris, Maspero.

Guattari, Félix, Deleuze, Gilles, Kafka pour une littérature mineure, 1975, Paris, les Éditions de Minuit, coll. « Critique ».

Kollias, Hector, 2006, « Jean Genet’s Queer Origins: A Reading of Querelle de Brest »,French Studies, 60 : p. 479-488.

Kristeva, Julia, 1998, « L’autre langue ou traduire le sensible », in French studies, 52 (4) p. 385-396.

Nouss, Alexis (éd.), 2001, Traduction, Terminologie, Rédaction, vols. 14, 2. 20, « Antoine Berman aujourd’hui », p. 167-181.

Sartre, Jean Paul, 1952, Saint Genet, comédien et martyr, Paris, Gallimard.

Searle, John, 1970, Speech Acts: An Essay in the Philosophy of Language, Cambridge, Cambridge University Press.

Haut de page

Notes

1 Il serait bon de mettre en relief l’incongruité d’une telle appellation ; en effet, queer conteste au départ l’idée même d’une identité fixe et définie par un comportement ou désir sexuel.

2 « What is called gender identity is a performative accomplishment compelled by social sanction and taboo » (Butler, 1998 : 519-531).

3 Dans cette Ode au pire, l’écrivain irlandais crée un principe systématique de réécriture qui vise à épuiser le langage. Worstward Ho, texte extrêmement travaillé, demeure l’un des rares textes que l’auteur n’a pas réécrits en français. Cette question fait l’objet de nombreuses recherches, notamment génétiques.

4 Voir Psychanalyse et transversalité et Mille plateaux.

5 Antoine Berman distingue la traduction littérale de la traduction de la « lettre » du texte qui retient le jeu des signifiants.

6 Voir « The Gay Outlaw », p. 113.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadia Louar, « Notre Dame du Queer ou du mauvais genre en traduction », Palimpsestes, 21 | 2008, 121-134.

Référence électronique

Nadia Louar, « Notre Dame du Queer ou du mauvais genre en traduction », Palimpsestes [En ligne], 21 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/78 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.78

Haut de page

Auteur

Nadia Louar

Nadia Louar est professeure de littératures et d’études francophones à l’université Hobart and William Smith à Geneva, New York. Son champ de recherche comprend la littérature moderne et contemporaine, la philosophie de la langue, la traduction, les études beckettiennes et le théâtre. Ses récentes recherches portent sur l’œuvre de Samuel Beckett et le bilinguisme. Elle travaille actuellement sur l’œuvre de Jean Genet dans le contexte des études queer.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org