Navigation – Plan du site

La traduction des métaphores et des hypallages dans Shakespeare et dans Scott : quand l’intertextualité s’en mêle

Henri Suhamy
p. 57-70

Résumés

Le choix de Shakespeare et de Scott s’explique d’abord par des raisons personnelles : je traduis en ce moment des œuvres de ces deux auteurs. Il y a une autre raison, expliquant la référence à l’intertextualité. Scott ne cesse de citer Shakespeare, non seulement dans des paratextes, mais aussi dans le cours même de son récit, sans guillemets, sans références, en s’appropriant les expressions shakespeariennes, qu’il cite de mémoire de façon parfois imprécise. Ces citations malicieusement détournées de leur contexte présentent une difficulté particulière du fait que ce qui peut paraître familier au lecteur anglophone ne l’est pas forcément pour le public français, notamment quand une figure de style typiquement shakespearienne et poétique vient se greffer sur un texte écrit en prose plus de deux siècles après la pièce d’où elle est tirée. En ce qui concerne les figures de style, particulièrement les métaphores et les hypallages, une autre difficulté se présente au traducteur, à savoir que le plus souvent ces expressions ne résultent pas d’une création ex nihilo venue directement de l’inspiration ou de la vision de l’auteur, mais qu’elles appartiennent quelquefois au lexique et au dispositif idiomatique d’une des deux langues, ou des deux, mais à des degrés divers d’intégration. Ce qui peut paraître comme une image originale dans une langue peut ressortir au cliché dans une autre, et ce qui ressemble à une hypallage dans une transcription littérale peut n’avoir rien d’insolite dans la langue de départ, ou appartenir à un simple idiolecte d’auteur. En bref, la traduction des figures de style pose des problèmes de style, ce qui n’a rien de surprenant.

Haut de page

Texte intégral

1Le choix de Shakespeare et de Walter Scott a un caractère anecdotique, car il est fondé sur une expérience personnelle en tant que traducteur et examinateur de traductions faites par mes prédécesseurs. J’ai été amené à traduire du Shakespeare et du Scott récemment, et je n’ai pas fini, car au moment même où j’écris ces lignes j’ai une traduction de Hamlet en cours, ce qui n’est pas très original, ainsi que d’Ivanhoe, ce qui n’est pas original non plus. Cela cependant ne manque pas d’intérêt, en vue des questions abordées dans cet ouvrage. En effet les traductions proposées par mes prédécesseurs peuvent servir de modèles à suivre ou à ne pas suivre. Les passages contenant des figures de style sont chez ces auteurs innombrables, et je me contenterai ici de quelques exemples de métaphores et d’hypallages. Ce choix peut sembler arbitraire, mais il se trouve que ces deux figures, tout en utilisant des techniques différentes, appartiennent au domaine des tropes, ce qui crée entre elles des affinités, comme on le verra plus loin. Quant à la question de l’intertextualité, elle vient de ce que Scott ne cesse pas de citer Shakespeare dans ses romans, non pas seulement en hors-texte et paratexte, ce qui ne soulève pas de problème particulier, mais aussi en intégrant des expressions ou des phrases entières du dramaturge dans ses romans, sans guillemets, de mémoire, ce qui l’amène parfois à commettre de légères erreurs. Tout cela provoque des ruptures de style et des décalages diachroniques qui peuvent dérouter le lecteur moins familier de Shakespeare que ne l’était l’auteur de Waverley, et soumettent le traducteur à des difficultés particulières. En particulier la connivence qui lie l’auteur au lecteur quand une citation survient au coin d’une phrase s’établit difficilement quand le passage d’une langue à l’autre implique aussi un dépaysement géographique et culturel.

2La pratique de la traduction, tout ardue et frustrante qu’elle est – celui ou celle qui s’y adonne est un sisyphe rarement heureux qui, tout en poussant son rocher, rêve d’atteindre un sommet inaccessible –, constitue au moins un exercice instructif. En s’y consacrant, on apprend des notions nouvelles sur les disciplines qu’on a longtemps enseignées en se croyant compétent. En matière de style et de stylistique, on se trouve amené à réviser ou à reconsidérer certaines présuppositions. De nombreux théoriciens sont partis de l’idée que le style est une des facettes essentielles de la littérarité, que les figures sont par nature des écarts qui se produisent par rapport à une norme, ou, pour utiliser un mot plus neutre et moins prescriptif, à un état de langue ordinaire servant à la communication ; que, si elles se produisent, c’est parce qu’elles sont voulues par l’auteur, qui façonne son discours à sa guise, faisant de la langue un matériau auquel il donne une forme, tout comme dans les arts plastiques, en plus des particularismes énonciatifs et idiosyncratiques qui se trouvent dans tout acte de parole. Or, si les figures constituaient toujours des écarts, notamment dans le domaine des métaphores, il serait a priori facile de les transposer d’une langue dans une autre, car la notion d’écart semble exportable. Les exemples ne manquent pas qui montrent qu’une même image peut être comprise par des lecteurs ou auditeurs parlant des langues différentes, car, à la base d’une image, il y a autre chose que des mots : une comparaison, une vision, une intuition imaginative, qui peuvent bénéficier d’un passeport universel. Si une foule d’ouvriers se rendant à l’usine ressemble à un troupeau de moutons poussés vers l’abattoir, cela peut se rendre par des images cinématographiques, comme dans Modern Times, et n’a pas besoin du langage pour être exprimé et compris partout sur la planète. Si l’amour ressemble à une flamme, il y a de grandes chances pour que les mots qui dans diverses langues signifient une flamme puissent assumer le même contenu métaphorique. Mais la réalité n’est pas si simple. Il faut garder à l’esprit qu’une métaphore est une figure de substitution, autrement dit un trope, qui consiste à remplacer un signifiant par un autre signifiant, quand il existe entre les deux signifiés une analogie que, usant moi-même d’une sorte de métaphore, je décrirai comme verticale. En effet, une simple ressemblance entre deux objets de même nature, comme celle qui existe entre une poire et une pomme, entre une pirogue et un canoë, ne peut pas produire de métaphore. Celle-ci ne se produit que lorsque l’imagination perçoit ou invente des similitudes entre des notions appartenant à des champs sémantiques différents, comme entre la vie et le voyage, la mort et une moissonneuse, une poire et une personne naïve, etc.

3Mais l’imagination, ou l’imaginaire, pour utiliser un terme plus en vogue, n’est pas un attribut strictement individuel, c’est en grande partie un phénomène collectif, comme le rappellent les anthropologues. Toutefois, collectif ne signifie pas universel. Le champ sémantique des mots contient des sens dérivés à partir d’un noyau central, dont certains ont une coloration métaphorique, et des connotations qui ne se transposent pas automatiquement d’une langue à l’autre. d’autre part, les traducteurs, du moins ceux qui ne travaillent pas de manière mécanique, ont tellement l’habitude, par crainte des calques, de chercher des équivalences, qu’ils semblent parfois se méfier de certaines images un peu trop originales et préfèrent par prudence utiliser des expressions solidement attestées par l’usage. Pourtant, on considère souvent les métaphores d’usage comme des métaphores mortes, et l’on préfère en poésie « les métaphores vives », selon la formule de Ricœur. L’expression macabre et péjorative – qui est elle-même une métaphore d’usage, du moins d’usage métastylistique – à laquelle s’oppose la formule en question n’est cependant pas toujours justifiée. Ni l’anglais ni le français ne sont des langues mortes ; les images les plus lexicalisées ne sont pas toujours fossilisées au point d’échapper complètement à la conscience des locuteurs. Cela dit, la fossilisation des métaphores est un phénomène indiscutable, universellement répandu, relevant de la lexicologie diachronique. La quasi-totalité des mots abstraits ont une origine métaphorique : le vocable travail, par exemple, qui, d’après certains étymologistes, vient du bas latin trepalium ou tripalium, lequel désigne un instrument de torture. Certes, le travail constitue souvent une souffrance, que le législateur a cherché récemment à abréger, sauf pour les traducteurs, qui peinent parfois longtemps avant de trouver une solution, ou du moins d’adopter tel ou tel compromis. Cependant, cette étymologie, d’ailleurs controversée, n’est connue que des philologues. Mais à l’inverse des images enfouies dans l’histoire ancienne des mots, les auteurs usent de métaphores s’affichant clairement comme telles, et non dénuées d’élan vital. Quand Ophélie déclare : « I sucked the honey of his music vows, » (Hamlet, III, i, 164) nous remarquons deux détails : la synesthésie entre le sens du goût et celui de l’ouïe, exprimée avec densité, ce qui ne facilite pas le travail du traducteur, une fois de plus mis à la torture, ainsi que la conversion en adjectif du nom music. ce combiné synesthésique, ainsi que la densité et l’audace de la syntaxe, réussissent à revivifier une métaphore passablement banale. Banale et pourtant moins facile à traduire qu’elle en a l’air. Il apparaît en effet que pour des raisons indépendantes de la volonté de l’auteur et de celle du traducteur, le mot honey n’a pas exactement les mêmes connotations que « miel » en français, encore que miel n’ait pas dans l’usage des connotations aussi péjoratives que l’adjectif mielleux qui suggère la tromperie, la flatterie, la parole insidieuse. Il n’en va pas de même en anglais, encore que, dans le contexte de la pièce, il ne soit pas interdit de penser qu’Ophélie voit peut-être, un peu trop tard, le danger de l’hyperglycémie dans le discours amoureux. Cependant, même s’il affleure dans ce passage et dans l’usage du mot honey une nuance de réprobation, elle est certainement moins soulignée qu’en français. Dès lors, comment traduire ? ce n’est pas en recourant au glucose ou au saccharose qu’on trouvera une solution. Ce n’est pas non plus en recourant au procédé détestable, mais souvent pratiqué, qui consiste à traduire le texte deux fois, c’est-à-dire non seulement de la langue source à la langue d’arrivée, mais en passant aussi du concret à l’abstrait, ce qui risque de donner des résultats peu élégants comme celui-ci, faisant dire à Ophélie : « moi qui ai subi l’effet séducteur de ses promesses ». Dans la même pièce, le célèbre « It harrows me with fear and wonder. » (I, i, 47) se révèle embarrassant, du moins pour quiconque cherche une traduction fidèle et poétique, le poétique en l’occurrence se rapprochant du concret. D’après l’Oxford English Dictionary, il s’agit probablement de la première utilisation du verbe harrow au sens figuré. Mais, depuis Shakespeare, cette métaphore a perdu son originalité, elle est presque passée dans la langue courante. Ce n’est pas une raison pour lui donner une traduction banale, et on pourrait même trouver là l’occasion de revivifier une expression devenue routinière dans la langue source telle que nous la connaissons aujourd’hui. Cependant, on hésite à reprendre textuellement l’image de la herse, peut-être pour des raisons acoustiques, car le verbe herser ne sonnerait pas bien, et l’on comprend pourquoi les traducteurs tendent à transposer et à édulcorer le texte. Des verbes comme percer ou transpercer se rapprochent de la solution, mais ne l’atteignent pas vraiment.

4Ces exemples, comme ceux qui vont suivre, n’ont pas pour but de donner des conseils méthodologiques à quiconque, ni de sortir du chapeau des solutions miraculeuses. Il s’agit seulement de faire part de quelques difficultés rencontrées et de quelques réflexions suscitées par la présence dans les textes de diverses figures de substitution. Les praticiens savent qu’il existe un idéal, qui est de tout traduire, la vision et le sens, mais qu’on travaille au cas par cas, au coup par coup et qu’on doit souvent se contenter de compromis et d’approximations. Ici, je proposerai, en attendant mieux, « sucé le miel de ses serments mélodieux » et « Elle me transperce de terreur et d’étonnement ». La traduction est toujours a work in progress. L’important est de montrer que ce n’est pas seulement la pensée d’un auteur qui est en cause, mais aussi la richesse sémantique de chacune des deux langues qui, entre les mains des traducteurs malhabiles que nous sommes tous plus ou moins, devient une masse d’informations lourde à gérer. Les connotations qui émanent des mots, et notamment de ceux qui se prêtent à la création métaphorique, ne sont pas toujours transposables telles quelles d’une langue à l’autre.

5En bref, il arrive que ce qui dans une langue apparaît comme une métaphore fasse dans une autre langue déjà partie de la polysémie attachée à un signifiant. Inversement, il arrive qu’un sens figuré paraisse plus naturel, plus idiomatique dans une langue que dans une autre, ce qui embarrasse le traducteur. Voici un autre exemple assez connu. Dans cette même première scène de Hamlet, horatio déclare après avoir vu le fantôme : « This bodes some strange eruption to our state. » (I, i, 69). On peut se demander incidemment s’il s’agit d’une éruption volcanique ou cutanée. Cette dernière est plus probable, étant donné que l’image de la maladie, notamment des maladies de peau, circule tout au long de hamlet. Toutefois, la vision d’une explosion tellurique peut se superposer sur la précédente. L’homographe français possède la même ambiguïté, ce qui encourage une traduction littérale. Cette sorte de surimpression d’images, exploitant la polysémie du mot, se trouve dans une tirade de Glendower :

Diseasèd nature oftentimes breaks forth
In strange eruptions, […] (1 Henry IV, III, i, 25-26)

6Dans Julius Caesar (I, iii, 77), la même expression évoque plutôt des tremblements de terre. Pourtant, la plupart des traducteurs répugnent au calque littéral et rendent le mot soit par des métaphores d’usage comme convulsion, soit par des transpositions banales comme bouleversement. Cela peut se comprendre du fait que certaines subtilités et ambivalences sont difficiles à communiquer au public d’un théâtre. On sait qu’il existe une école de traducteurs de Shakespeare qui établissent une différence entre un texte conçu pour la scène et un texte conçu pour la lecture. Pour ma part, inversant le processus habituel, et la pratique ayant engendré la théorie, j’en suis arrivé à rechercher la très grande fidélité autant au processus textuel qu’à la vision qu’il communique, en essayant de ne pas dissocier ces deux réalités. Proust n’a-t-il pas dit que le style est toujours une affaire de vision ? Dans le cas présent, rien n’interdit, semble-t-il, de traduire par « éruption », sans craindre l’accusation de littéralisme, et sans se préoccuper de savoir si cela convient mieux à la lecture qu’à la représentation théâtrale ou inversement.

  • 1  Les numéros de pages renvoient à l’édition parue chez Penguin en 1984.

7Il arrive qu’une métaphore d’usage serve à traduire une expression qui dans la langue source ne fait pas figure de figure. On trouve l’expression suivante et peu originale dans Ivanhoe au chapitre XVIII : « On this subject Cedric was all animation. » (p. 195)1.

8Le mot animation m’a paru difficile à rendre. Il n’était pas question ici de procéder à un calque, et je n’ai pas réussi à trouver de véritable équivalent, bien qu’il en existe peut-être. J’ai traduit par « Ce sujet mettait Cedric en feu », sans avoir le sentiment de me livrer à un embellissement et à une rhétorisation du discours, poussé par ce que Meschonnic appelle la « domination esthétisante » (1973 : 315). Certains traducteurs tombent sans doute dans ce travers, à supposer que ce soit un travers, mais on peut rappeler à Meschonnic, ou du moins objecter au paragraphe où il exprime sa sévérité sur ce point, que la frontière entre expression propre et expression figurée n’est pas toujours nettement dessinée, que la métaphore n’a pas à être considérée systématiquement comme une fioriture, une perle de culture, un ornement ajouté au texte, une fleur de rhétorique dont on pourrait se passer, tout comme on peut se passer d’une fleur à la boutonnière. La métaphore est un moyen d’expression, un outil qui, dans toutes les langues du monde, et avant l’intervention de la littérarité, sert à construire des concepts. Il arrive qu’un terme abstrait de la langue source puisse ou même doive être rendu, dans la langue d’arrivée, par une expression plus concrète et imagée, que le traducteur aura le bon goût de puiser dans l’inépuisable trésor de la langue. Il est vrai que d’autres lecteurs sourcilleux pourraient reprocher au traducteur d’avoir choisi une métaphore d’usage, sinon hors d’usage, au lieu de faire preuve d’inventivité, mais le souci d’humilité professionnelle impose dans ce cas le recours à une expression courante, plutôt qu’à une création originale. à l’inverse, certaines métaphores sont tellement banales et lexicalisées dans la langue source que vouloir en rendre tout le contenu sémantique risquerait de tomber dans la préciosité, ou du moins dans la lourdeur d’une périphrase. Ainsi, dans le même chapitre d’Ivanhoe on trouve la phrase suivante, toujours à propos de Cedric : « These qualities, however, were unalloyed by the slightest shade of selfishness. » (p. 196)

9Il m’a semblé inutile de chercher un équivalent exact de unalloyed et, me résignant à une entropie, j’ai traduit par « Ces vertus étaient cependant pures de la moindre trace d’égoïsme. »

10On pourrait sans doute objecter à toutes ces remarques que la plupart des traducteurs professionnels et chevronnés ont déjà, consciemment ou instinctivement, résolu de tels problèmes, et ne piétinent pas devant chaque cas de ce genre. Mais c’est le propre des stylisticiens que de rester toujours en éveil et de se poser des questions apparemment vétilleuses, même quand ils passent de la glose à la traduction, considérant que les effets de style sont inhérents à la création littéraire, donc à sa transcription d’une langue à l’autre, et qu’ils requièrent une attention toute particulière.

11Si la métaphore est, de même que la métonymie, un trope sémantique, l’hypallage constitue un trope syntaxique, c’est-à-dire un transfert qui agit sur la construction de la phrase, et notamment sur la place des adjectifs. Sauf si on se livre à des considérations générales sur le style, et sur certains dénominateurs communs que partagent l’ensemble des figures, ou du moins l’ensemble des tropes, il semble qu’il n’y ait guère de similitudes entre les images et les hypallages. Cependant, le traducteur constate qu’un même type de difficulté peut se produire, à savoir que les hypallages passent mieux dans une langue que dans une autre, et que sans appartenir exactement au langage courant, elles paraissent parfois mieux s’intégrer à leur milieu d’origine que dans la langue de l’exil, au point qu’on peut se demander si un trait de style a dans ce cas été voulu par l’auteur. sur ce point, le vers et la prose ne font pas le même effet, et à cause de cela, le traducteur ne réagit pas de la même façon. Il y a dans Hamlet des hypallages particulièrement brillantes et épineuses à traduire. Par exemple, cette interpellation adressée par Horatio au fantôme :

What art thou that usurp’st this time of night
Together with that fair and warlike form
In which the majesty of buried denmark
Did sometimes march? (I, i, 46-49)

12L’hypallage se trouve dans the majesty of buried Denmark, compliquée par les emplois métonymiques de majesty et de Denmark, lexèmes qu’on peut comprendre l’un et l’autre comme signifiant le roi, sans perdre de vue cependant que le propre d’une métonymie comme d’une métaphore est de renvoyer à deux signifiés au moins, non à un seul, de sorte que l’expression signifie que c’est à la fois le Danemark et le roi qui sont enterrés. Les diverses façons dont ce membre de phrase a été traduit illustrent assez bien les difficultés déjà rencontrées. En 1840, dans une édition préfacée par Alexandre Dumas, Benjamin Laroche recomposait l’ensemble de la phrase de la façon suivante : « la forme majestueuse et guerrière sous laquelle se montrait le défunt roi de Danemarck [sic] ». On peut juger cela comme une transposition heureuse, ou comme un étoffement ayant pour but inavoué d’escamoter la difficulté. En fait, cela relève du système de la double traduction mentionnée précédemment, qui consiste à commenter, expliciter, dépoétiser le texte. François-Victor Hugo tombe lui aussi dans une sorte de prosaïsme peu en harmonie avec son patronyme, puisqu’il fait glisser le participe passé vers le substantif qui semble lui convenir le plus logiquement : « la majesté ensevelie du Danemark ». Michel Grivelet, dans l’édition « Bouquins », traduit ainsi : « la majesté ensevelie du roi du Danemark », ce qui annule l’hypallage autant que la seconde métonymie. Jean-Michel Déprats, dans l’édition Pléiade, traduit par « la majesté de Danemark enseveli », ce qui, en supprimant l’article devant Danemark, fait mieux sentir que les traductions habituelles que ce signifiant désigne aussi bien le pays que son monarque. on constate que la métonymie présente elle aussi, on pouvait s’y attendre, des difficultés au traducteur, car en anglais, le mot Denmark, utilisé sans article, peut désigner le pays et le roi, tandis qu’en français, l’absence d’article ne désigne que le roi, et cela dans un langage qui ressemble plus à un calque de l’anglais shakespearien qu’à du français idiomatique. Il est vrai que cette syntaxe un peu insolite a au moins le mérite de restituer une certaine poéticité. Je n’ai pas fait le tour de toutes les traductions répertoriées. Celle sur laquelle je m’arrête, très littérale, à savoir « la majesté de l’enseveli Danemark » a peut-être été déjà proposée. Autres exemples d’hypallages, toujours dans Hamlet : « Holding a weak supposal of our worth, » (I, ii, 18) et « Claims the conveyance of the promised march » (IV, iv, 3).

13Selon la logique, c’est dans le premier cas la puissance militaire qui est supposée faible, non la supposition elle-même. Dans le second, c’est le laissez-passer qui a été promis, si on peut comprendre ainsi le mot conveyance, qui d’ailleurs constitue une métonymie, non la marche de la troupe norvégienne, mais là encore on voit que les métonymies, omniprésentes dans Shakespeare, introduisent des subtilités supplémentaires. On pourrait, bien entendu, défendre à chaque fois la traduction littérale, en partant du principe que le brouillage des causes et des conséquences ou des attributs et des attributaires a été voulu par l’auteur, qu’il se manifeste dans la phrase par des transferts syntaxiques, et que le devoir du traducteur est de transposer littéralement l’ordre des mots tel qu’il existe dans le texte source, étant donné que ce texte n’a en somme rien d’idiomatique. mais peut-on affirmer vraiment que l’anglais de Shakespeare transgresse l’idiome au point que, transposées terme à terme dans une autre langue, ses figures ne paraîtront pas encore plus bizarres que dans l’original ? Il est vrai que la traduction proposée par François-Victor Hugo, « se fait une faible idée de nos forces », semble résoudre le problème, presque trop bien, car l’expression « se faire une faible idée de » tient du cliché, cliché instructif, car on voit que la langue courante n’ignore pas les hypallages. Toujours est-il que le niveau de langue et le niveau de style choisis par hugo ne paraissent pas satisfaisants. Il serait hasardeux, cependant, de proposer une réponse globale sur ce point. On constate que dans Holding a weak supposal of our worth, la paronomase et l’effet de symétrie qui existent entre weak et worth, ainsi que le rythme poétique, ces deux monosyllabes occupant les deux piliers rythmiques du vers, à savoir la quatrième et la dixième syllabes, rendent plus assimilable à l’oreille et à l’entendement ce qui, transcrit tel quel en français, pourrait paraître indigeste. De même, Claims the conveyance of the promised march, peut aussi avoir été choisi pour des motifs prosodiques, car Claims the promised conveyance of the march rendrait la marche en question quelque peu boiteuse. Quant à la difficulté de respecter la langue d’arrivée sans banaliser les trouvailles parfois insolites de l’auteur, elle demande, comme toujours, du doigté et peut-être de la chance, sans qu’on puisse prétendre la résoudre par une formule magique. Je proposerai « Tenant une faible estimation de notre valeur », et « exige le passage de la marche promise », en suivant la démarche qui consiste à traduire la figure par la figure, autant que possible, mais toujours au cas par cas et sans s’imposer de principes trop rigides. La traduction est le dernier refuge de la casuistique.

14Comme dans le cas de la métaphore, très brièvement abordé plus haut, les exemples ci-dessus, et notamment la traduction de François-Victor hugo, ont permis de voir que l’hypallage pouvait aussi s’insérer dans la langue courante. Il se trouve que la prose de Walter Scott éveille parfois notre attention sur ce point. Les exemples de transferts d’adjectifs ne sont pas rares chez lui, mais, comme il s’agit de prose, que scott passe non sans raison pour avoir écrit très vite ses romans, sans chercher les effets de style, et qu’on trouve plusieurs fois les mêmes expressions relevant de la figure en question, on peut se demander si elle a été à chaque fois voulue ou si elle fait partie des automatismes du langage. Si tel était le cas, le traducteur pourrait se sentir autorisé à rendre le sens synthétique d’une phrase, sans suivre pas à pas les manipulations syntaxiques et autres auxquelles l’auteur s’est livré, afin d’en recréer l’équivalent dans la langue d’arrivée. Par exemple, dans Ivanhoe,on trouve au chapitre XIX la proposition suivante : « […] they were under such immediate expectation of an attack from the outlaws that […] » (p. 202).

15cela relève manifestement de l’hypallage, car selon la logique que cette figure est censée transgresser ou contourner, c’est l’attaque qui est immédiate ou imminente, non l’attente. or on trouve le même adjectif utilisé de la même façon, au chapitre XXVII : « […] poor wamba, whose habits of buffoonery were not to be overcome by the immediate prospect of death, » (p. 285).

16On est tenté de mettre ce genre d’expression au compte des habitudes idiomatiques de l’anglais, ou de l’auteur, mais cela rappelle certaines époques où l’on enseignait que des blocs idiomatiques devaient être traduits par d’autres blocs idiomatiques. Ne s’agit-il pas d’une réaction paresseuse et conventionnelle ? Bien entendu, aucune solution n’est à rejeter a priori, et comme à propos de la traduction d’animation par « feu », il semble parfois licite de remplacer certaines images par d’autres images, pour rester sur un même niveau de style, sans chercher le signifié équivalent. Il y a, dans l’adjectif immediate et dans la position que le narrateur lui donne, un effet d’anticipation, les deux exemples étant tirés de passages dramatiques fondés sur le suspens. On constate aussi que la récurrence de cette construction semble dénoter chez Scott un usage sinon idiomatique, au moins idiolectal, donc infrastylistique. Peut-être cela constitue-t-il une autorisation implicite à rendre l’idiome par un autre idiome et à transférer en français l’immédiateté en question sur l’attaque ou sur la mort. On en revient aussi aux considérations précédentes sur les liens qui existent entre la fabrication des figures de style et l’élaboration du langage, qui ne suivent pas forcément deux chemins séparés. Les hypallages semblent pousser les adjectifs hors de leurs emplacements réglementaires, mais les éléments du discours ne forment pas toujours une chaîne strictement linéaire. D’autres exemples peuvent, cependant, entraîner une réaction différente : « They promised implicit obedience. » (XX, p. 208)

17D’après nos habitudes de pensée, et d’après aussi le contexte de la phrase, c’est la promesse qui est implicite, avant l’obéissance, mais tout bien considéré nous pouvons promettre implicitement à scott de lui obéir et donc de traduire par « Ils promirent une obéissance implicite », ce qui d’ailleurs accentue encore l’effet d’hypallage, car la place de l’adjectif implicit dans le texte anglais lui permet de faire rayonner sur le verbe qui précède une partie de son sens. de même « The ordinary nature of their occupation. » (XXV, p. 263) peut se rendre par « la nature ordinaire de leur occupation », bien que cette traduction risque de valoir une sanction pour maladresse, dans le cadre d’une conception normative de l’exercice de traduction tel qu’il se pratique encore couramment à l’université, où l’on ferait savoir que c’est « la nature de leur occupation ordinaire » qui s’impose. Ainsi, on revient, grâce à ces exemples apparemment anodins et inaperçus du public, à une conception stylistique et littéraire de la lecture du texte source et de sa traduction.

  • 2  Les numéros de pages renvoient à l’édition parue chez Penguin en 1972.

18Cela nous amène, pour finir, à cette question de la littérarité. Si en matière d’hypallages et sur bien d’autres points, Shakespeare et Scott se séparent, ils se retrouvent, grâce à cette intertextualité. Quand il s’agit des épigraphes inscrites en tête de chapitre, comme il y en a de très nombreuses, ou des passages de Shakespeare dûment référencés, aucune difficulté insolite n’est à mentionner. Le traducteur a le choix entre recopier une traduction antérieure, non empruntée si possible à un éditeur concurrent de celui pour lequel il travaille, ou d’en confectionner une autre de son cru. Dans ce cas il retombe dans les difficultés traditionnelles. Plus épineuse est la question des citations subreptices, quand l’auteur glisse du Shakespeare dans son texte, créant parfois de curieux décalages de style. Bien entendu ces citations ne contiennent pas toutes des figures répertoriées et, quand il y en a, ce ne sont pas forcément des métaphores ou des hypallages, mais c’est d’elles qu’il sera question ici. Il arrive que l’expression shakespearienne assume une sorte de statut proverbial, comme le faux ou vil métal de cette phrase de Waverley (chapitre L, p. 358)2 : « Well, unless my old commander, general Preston, turn false metal […] » qui rappelle peut-être ce vers de Timon of Athens : « They have all been touched and found base metal, » (III, iii, 7). Il en va de même pour le tourniquet du temps, « the whirligig of time » (Waverley, LVII, p. 393), emprunté à Twelfth Night : « And thus the whirligig of time brings in his revenges. » (V, i, 373) qui ne suscite guère de difficulté. D’autres citations résistent plus longtemps au travail de traduction. Voici un exemple, tiré du chapitre XIV d’Ivanhoe, où il est question du futur roi Jean :

Of this fickle temper he gave a memorable example in Ireland, when sent thither by his father, Henry the Second, with the purpose of buying golden opinions of the inhabitants of that new and important acquisition to the English crown. (p. 156)

19Scott raconte comment le prince Jean, pour s’amuser, tira la barbe des chefs de tribu. je ne sais pas si l’anecdote est authentique. Ce qui est authentique est la citation de Macbeth (I, vii, 32-34) insérée dans la phrase :

I have bought
Golden opinions from all sorts of people,
Which would be worn now in their newest gloss,
Not cast aside so soon.

20On remarque incidemment que le remplacement de from par of révèle que Scott a cité de mémoire, comme il le fait toujours, d’autant plus qu’il s’agit d’une formule devenue quasi proverbiale. On remarque aussi que la métaphore filée par Shakespeare passe du sème monétaire au sème vestimentaire, récurrent dans Macbeth comme chacun sait, mais la phrase de Scott s’arrête avant cette modulation. On peut supposer que le lectorat britannique reconnaît au passage la citation, ce qui n’empêche pas les éditeurs actuels d’ajouter une note, à laquelle le public français aura droit lui aussi. La question qui se pose est la suivante : faut-il, dans la traduction, ajouter une petite touche d’archaïsme ou de préciosité pour faire sentir qu’il s’agit d’une sorte de collage, ou doit-on se contenter de traduire au plus près ? J’opte pour cette deuxième solution, mais sans intention de légiférer en la matière. Le débat reste ouvert. De toute façon le choix préalable d’une méthode ne résout pas tous les problèmes, puisque, comme toujours ceux-ci se règlent au coup par coup. Comment traduire boughtgolden opinions ? Faut-il se comporter devant cette expression comme si nous traduisions Macbeth et non Ivanhoe, en partant de l’idée que le lecteur ou l’auditeur acceptera une expression un peu insolite du fait qu’il s’agit d’un texte écrit en vers ? Il se trouve que le texte de Scott, qui a malgré tout annexé l’expression à son écriture propre, n’est pas écrit en vers, et si on traduit par acheter des opinions d’or, cela donne un résultat artificieux, peu clair, ne sonnant pas très bien à l’oreille. Certains traducteurs de Shakespeare préfèrent « opinions dorées », qui sonne mieux, mais il ne faut pas confondre golden et gilded. Traduire l’anglais opinions par le français « opinions » constitue peut-être un calque discutable, mais, dans une circonstance telle que celle-ci, il faut bien garder quelque chose de la forme même du signifiant. Je m’en suis tiré par un léger changement de métaphore auquel s’ajoute un étoffement :

De ce tempérament fantasque il donna un exemple mémorable en Irlande, où l’avait envoyé son père Henri II, avec pour mission d’acquérir des trésors de bonne opinion de la part des habitants de ce nouvel et important ajout à la couronne anglaise.

21Encore une fois, cet exemple de traduction n’a pas pour prétention de servir de modèle à qui que ce soit, mais simplement de fournir un exemple d’un certain type de difficulté auquel est soumis le traducteur de Scott. La difficulté est la même que celle qui a été signalée au commencement, à savoir que la figure de style possède une sorte de double facette linguistique : elle appartient fondamentalement à la langue, à toutes les langues, elle a au cours des âges contribué à leur formation, aussi bien dans le domaine sémantique que lexical, et n’a pas cessé de le faire, comme on le voit dans la création argotique, par exemple. Mais elle appartient tout aussi intrinsèquement à la littérature et à la poésie, en s’écartant de certains automatismes idiomatiques et en traduisant la vision des auteurs ainsi que leur invention personnelle dans le domaine du langage.

22Créer la surprise, piquer l’intérêt, ouvrir les portes de l’imaginaire, sans perdre le contact avec le lecteur, sans créer une barrière de perplexité qui romprait le lien de connivence indispensable entre le producteur de texte – même s’il n’est producteur que par procuration – et son destinataire, telle est la tâche du traducteur confronté aux effets de style. Mais, pour que ce principe général, sur lequel tout le monde s’accorde, prenne corps concrètement, phrase après phrase, une bonne connaissance des diverses modalités du style est indispensable, et elle n’est pas répandue autant qu’elle pourrait l’être. c’est pourquoi le traducteur stylisticien applaudit à toutes les initiatives tendant à répandre les prises de conscience et les connaissances dans ce domaine.

Haut de page

Bibliographie

Textes de référence

Scott, Walter, 1972 [1814], Waverley, Hardmonsworth, Penguin.

—, 1984 [1819], Ivanhoe, Hardmonsworth, Penguin.

Shakespeare, William, 1982 [c. 1600], Hamlet, Londres, Methuen, Arden.

—, 1951 [c. 1606], Macbeth, Londres, Methuen, Arden.

—, 1959 [c. 1607], Timon of Athens, Londres, Methuen, Arden.

—, 1995 [1986, Oxford University Press] [1623], Julius Caesar, trad. Louis Lecoq, in William Shakespeare, Œuvres complètes, Tragédies I, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins ».

Déprats, Jean-Michel, 2002, traduction de Hamlet in William Shakespeare : Œuvres complètes, Tragédies I, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade.

Grivelet, Michel, 1995, traduction de Hamlet in William Shakespeare : Œuvres complètes, Tragédies I, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins ».

Guizot, François, 1868, Œuvres complètes de Shakspeare [sic], Paris, Didier et Cie.

Hugo, François-Victor, 1961 [1859-1865], Shakespeare, Théâtre Complet, Paris, Garnier.

Laroche, Benjamin, 1840, Œuvres dramatiques de Shakspeare [sic], Paris, Marchant.

Monsarrat, Gilles, 1997, traduction de 1 Henri IV, in William Shakespeare, Œuvres complètes, Histoires I, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins ».

Ouvrage critique

Meschonnic, Henri, 1973, Pour la poétique, tome II, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1  Les numéros de pages renvoient à l’édition parue chez Penguin en 1984.

2  Les numéros de pages renvoient à l’édition parue chez Penguin en 1972.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Suhamy, « La traduction des métaphores et des hypallages dans Shakespeare et dans Scott : quand l’intertextualité s’en mêle », Palimpsestes, 17 | 2005, 57-70.

Référence électronique

Henri Suhamy, « La traduction des métaphores et des hypallages dans Shakespeare et dans Scott : quand l’intertextualité s’en mêle », Palimpsestes [En ligne], 17 | 2005, mis en ligne le 10 février 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/781 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.781

Haut de page

Auteur

Henri Suhamy

Henri Suhamy, ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé d’anglais, docteur ès lettres (sa thèse porte sur la versification de Shakespeare), est professeur émérite à l’université de Nanterre-Paris 10. Il a fondé et présidé la Société de stylistique anglaise. Il a publié plus de vingt ouvrages, dont un livre de la collection « Que sais-je ? » intitulé Les Figures de style, ainsi que Stylistique anglaise dans la collection « perspectives anglo-saxonnes » des Presses Universitaires de France. À ces ouvrages s’ajoutent de nombreux articles et des participations à plusieurs dictionnaires et encyclopédies. Il a également traduit des œuvres de Shakespeare et de W. Scott pour la Bibliothèque de la Pléiade, et a d’autres traductions en cours.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org