Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Tenter de penser la traduction dans sa relation au commentaire, c’est embrasser, en deux mots seulement, l’histoire de la traduction et l’histoire du commentaire, l’histoire de la lecture et l’histoire de l’interprétation, entreprise immense et passionnante qui, de toute évidence, engage beaucoup plus que les aspects envisagés dans ce numéro de Palimpsestes et contraint à la modestie.

2La parenté de la traduction et du commentaire est sans doute aussi ancienne que leur histoire, et ces deux activités, séparées, ont en commun plus d’un trait. Sans doute le plus évident est-il qu’elles supposent un pré-texte, et le plus oublié qu’elles relèvent de l’oral. En effet, l’une et l’autre activité interrogent d’abord la lettre : en ce sens, ce sont des activités secondes, elles viennent après le texte et, partant, le réfléchissent et le prolongent. La dimension d’oralité dans laquelle elles se déploient, il convient de le rappeler, est aussi une évidence : la traduction, par nécessité, a d’abord été interprétation simultanée, rendue dans l’immédiat d’une parole étrangère ; le commentaire, lui, se fonde sur le déchiffrement mot à mot, ligne à ligne, d’un texte en vue de sa compréhension, de sa transmission et de sa critique : il est pris dans l’oralité d’une parole enseignante et, par ses explications, gloses ou paraphrases, il prolifère et ouvre des perspectives d’interprétations diverses. Toutefois, l’une et l’autre activité, pour orales qu’elles soient à l’origine et, aujourd’hui encore, dans certaines de leurs modalités pratiques, sont aussi indissociablement liées à l’écrit puisque l’interprétation, en s’écrivant, devient traduction, tandis que le commentaire ne cesse de circuler entre la parole vive et le travail d’écriture : « […] le commentaire, lui, habite simultanément l’écrit et l’oral. Certes, il est travail d’écriture sur l’écrit, mais ce travail ne s’accomplit que dans l’oralité », nous rappelle Antoine Berman 1. Toutes deux, en se fixant par l’écriture et en appelant pour l’une la re-traduction, pour l’autre une reprise, toujours renouvelable, du commentaire, sont des modes d’accomplissement d’une œuvre : la traduction en assure la survie, le commentaire en dénoue sans cesse les énigmes. Toutes deux rappellent à l’autorité du texte original, qu’il soit établi grâce et par l’érudition, ou donné tel qu’il a été reçu par un ensemble de lecteurs à tel ou tel moment, dans telles ou telles circonstances, et cela en même temps que de leur développement, ou mieux de leur travail, émerge un autre texte, révélant des potentialités encore inaperçues et pouvant, à son tour, faire autorité.

3Ce faisant, l’original et son commentaire ou bien l’original et sa traduction peuvent alors entrer en concurrence et l’original finir par s’effacer au profit du commentaire, ou bien au profit de la traduction qui, dans certains cas peut-être, parvient à égaler, voire surpasser, l’original. Ce dernier existe ainsi, non pas libre comme l’air mais déjà lié par une autre parole, pour qui le lit, le commente, le traduit. Il n’existe pas en dehors de ces interactions d’où résultent son interprétation et sa place dans l’histoire des textes, des commentaires, des traductions.

4Cependant, si l’interprétation apparaît comme l’aboutissement d’une exégèse, d’un commentaire, d’une démarche herméneutique ou d’une analyse critique, sa postériorité n’est qu’une illusion commode car elle ne peut que surgir de la parole du commentaire, dans le temps même de cette parole jusqu’à se confondre avec elle, jusqu’à produire une autre parole, traductive celle-là, qui l’énonce. Qu’elle soit reformulation intralinguale, ou transfert interlingual, la traduction en est l’expression mais, énoncée, elle masque au lecteur le travail qui en est la genèse. C’est en ce sens qu’une traduction est le commentaire insu de sa source, car en se donnant comme texte équivalent à l’original, elle le dédouble et s’y substitue pour qui n’y a pas accès. Elle recouvre aussi le commentaire comme si rien d’autre que les contraintes et les limites d’un autre système linguistique ne s’interposait entre elle et l’original alors même qu’elle est chargée des présupposés plus ou moins conscients de l’interprétation qu’elle exprime. Ainsi, l’énoncé traduit garde à la fois les traces du commentaire qui précède son énonciation et les traces qui le met en relation avec les circonstances particulières de cette énonciation : contexte historique, culturel, linguistique. Tout texte porte donc en lui la possibilité de son commentaire et n’existe plus que par ce qu’il délivre, ce qu’on en dit, son interprétation en somme. Tout texte porte en lui la possibilité de sa traduction et peut ainsi se trouver déporté dans une langue étrangère qui, en l’accueillant, et jusqu’à un certain point, se déporte elle-même.

5Au commencement donc, le texte, les textes, ouverts à des perspectives de lectures multiples et à des transformations qu’ils appellent en même temps qu’ils leur résistent, ce qui empêche que le commentaire et la traduction ne soient qu’étroitement le reflet décalqué d’une interprétation particulière. Marc de Launay nous met précisément en garde contre le danger d’une interprétation qui serait « sa propre finalité » car, dit-il, « la traduction risque de n’être que son reflet dogmatique en entraînant du même coup ce qu’elle a reconstruit de l’original dans une confrontation immédiate avec une autre reconstruction, confrontation qui lui sera dommageable ou fatale ». S’agissant du texte biblique, l’interprétation ne peut être qu’une hypothèse « dont le degré de validité est la cohérence qu’elle produit dans la reconstruction de l’original », un original dont la composition plurielle, éclatée, ne ruine cependant pas le « contenu essentiel ». L’interprète, le traducteur savent que « l[L]e sens que dégage l’interprétation n’est pas trouvé, il est découvert dans la dynamique du texte, et il n’est pas question d’imaginer que sa “lettre” serait négligeable au prétexte que le signifiant serait inexportable – on ne traduit pas des “signes”, mais des sémantèmes », ce que de Launay illustre en comparant comment la King James Bible et la traduction de Louis Segond échouent à traduire le nom commun adam décliné au masculin et au féminin, et donc échouent à faire apparaître la reconnaissance de l’altérité et de la finitude de l’adam à laquelle ce dernier n’échappera qu’en créant le premier nom propre Hava, Ève ou Zoé. Les traductions sont là pour indirectement, par leur imperfection même, commenter cette leçon « sur la nature du langage » en s’appropriant une tradition millénaire, mais elles sont elles-mêmes lues et comparées dans une confrontation à l’hypothèse de cohésion de l’original faite au préalable et à travers le commentaire exégétique qu’elles ont suscité. Ce dernier peut prendre rang désormais parmi les innombrables commentaires que le texte de la Bible a générés.

6Accompagnant traditionnellement le texte lui-même, auparavant visibles, ces commentaires disparaissent aujourd’hui des traductions diffusées par les moyens technologiques modernes, et ce n’est qu’en comparant de façon critique différentes versions que l’on aperçoit les hypothèses qui ont présidé aux choix idéologiques des traducteurs. C’est ce que montre Lynne Long en comparant des échantillons de texte de provenances diverses, tous accessibles d’un simple clic de souris. Ces traductions seules, livrées au lecteur ordinaire sans commentaires exégétiques, n’éclairent nullement le lecteur sur les hypothèses interprétatives qui les fondent, et pourtant la mise en lumière de leurs différences fait apparaître les présupposés idéologiques plus ou moins conscients qui ont conditionné les choix des traducteurs : « Comparison of translations and analysis of translation strategy may uncover underlying commentary or reveal the translators’ ideology or both. » Qu’il soit explicite ou implicite, avoué ou non avoué, ce commentaire est sans doute davantage un effet qu’une véritable stratégie : il est l’effet d’une traduction qui prolonge, sans le dire, le contrôle institutionnel et religieux qu’une présentation traditionnelle aurait donné comme tel en disposant le commentaire à côté ou bien autour du texte. Ce commentaire non donné comme commentaire est fonction du projet du traducteur et va de la correction éditoriale à l’écart linguistique en passant par l’intervention sur le texte même et l’influence non consciente de l’idéologie d’une époque sur le traducteur, ou le groupe de traducteurs, lisant et interprétant la Bible avec les présupposés liés à la culture de l’époque.

7Dans le premier cas, commentaire et traductions sont confrontés à l’épreuve de la lente élucidation du texte, à son opacité, à ses nœuds d’incompréhension résiduels et, dans cette similitude, se trouvent liés, quand bien même la traduction n’aurait qu’imparfaitement abouti : « […] le commentaire se déploie dans la dimension de la traduction : il joue simultanément sur l’éclaircissement de l’original et sur sa traduction “pièce par pièce” au fur et à mesure de son déroulement. Chaque “explication” de mot, de phrase, de tournure est simultanément sa traduction » 2. Dans le second cas, la relation du commentaire et de la traduction est plus équivoque puisqu’elle ne joue pas tant sur l’éclaircissement de l’original que sur une orientation prédéterminée de sa réception par un lecteur que l’on croit pouvoir dispenser du savoir accumulé par le texte. Ces deux démarches, l’une plus qualitative, l’autre plus quantitative, révèlent des enjeux critiques différents, montrant la disjonction nécessaire du commentaire et de la traduction d’une part et alertant sur leur accointance occasionnellement insidieuse d’autre part.

8Relève de la première démarche l’étude de la traduction de Ben Jonson de l’Ars Poetica par Victoria Moul. La traduction pourtant littérale de Ben Jonson, et parce qu’elle a fait précisément le choix de la littéralité, propose aux lecteurs élizabéthains et aux lecteurs d’aujourd’hui une réflexion, prise entre deux langues, sur l’héritage de l’Antiquité classique, sur la poésie et la place du poète dans la société dont l’ampleur dépasse la seule époque élizabéthaine :

This article is a very brief attempt to consider some of the ways in which this closest of translation styles can nevertheless include interpretation and even contention: a kind of implicit commentary which holds in balance both Latin and English, as well as the cultural and temporal space which at once divides and unites them.

9Ce que l’auteur souligne, c’est le paradoxe d’une traduction à la fois respectueuse de la lettre, jusqu’à la minutie du respect de l’ordre latin, et conflictuelle, et donc, de surcroît, « commentative » dans la tension introduite par ce hiatus. La tension perceptible dans le choix récurrent de certains mots comme grace est le lieu même où la traduction dévoile l’interprétation créative de Ben Jonson, attaché à exprimer ses propres préoccupations poétiques, fût-ce au prix d’une syntaxe anglaise travaillée par l’« étranger » de la langue latine. Si, dans ce cas, il est permis de penser que le traducteur n’est pas innocent du biais de sa traduction, c’est grâce à sa confrontation commentée avec l’original que le lecteur en perçoit la portée. Insensiblement, on glisse d’une saisie de la notion de commentaire, en tant qu’il se déploie au sein même de la traduction, à sa fonction explicative, passage obligé pour comprendre les décisions et choix plus ou moins conscients du traducteur lui-même.

10Carrie F. Klaus et Siobhan Brownlie sont, elles aussi, prises entre ces deux fonctions du commentaire. Par des stratégies et des méthodes différentes, toutes deux montrent comment la traduction peut être l’instrument d’une volonté de peser sur « les mœurs & la morale » d’un temps, comme les sœurs Wouters ont tenté de le faire au xviiie siècle, ou comment, reflet du contexte culturel de son temps, elle en révèle les a priori, les interdits et les valeurs. Là encore, la comparaison est la méthode privilégiée qui permet la confrontation avec l’original et l’évaluation, grâce aux outils développés par la linguistique de corpus, à la fois qualitative et quantitative du suremploi d’un lemme comme caus* dans la première des nombreuses traductions anglaises de Nana de Zola. L’insistance sur l’enchaînement des causes et des effets, dont le suremploi de cause serait la trace visible, signale alors discrètement l’influence de l’esthétique naturaliste et scientifique de Zola dans la société victorienne et, en introduisant dans les descriptions cette mesure de rationalité, en atténue la brutalité.

11Mais le commentaire peut être ouvertement didactique 3, rappelant au lecteur que c’est bien une traduction qu’il lit, interrompant subrepticement sa lecture par une note explicative tout autant révélatrice des limites de la langue d’accueil et de l’échec relatif de la traduction que d’un souci du lecteur. Pascale Sardin interroge ainsi la note de bas de page pour mettre au jour le commentaire subtil que celle-ci s’emploie à faire sous couvert le plus souvent d’objectivité : « Elle signale par sa présence même que la frontière qui sépare traduction et commentaire est floue, instable, et que le commentaire est toujours à la tangente du texte », écrit-elle. À la périphérie du texte, son usage divise traducteurs et traductologues, mais Pascale Sardin revendique pour elle un espace textuel car son enjeu n’est rien moins que la confrontation du discours traductif et du discours herméneutique. Et si dans sa fonction explicative la N. D. T. n’est guère contestée (quand l’explication donnée est effectivement de nature à éclairer le texte), elle peut basculer dans le commentaire et la justification, jeu parfois polémique, pour combler un déficit, une lacune, un manque. Dans cette fonction, elle devient « coextensive au texte », elle en est un prolongement et elle rend le traducteur éminemment visible :

Dans le conflit des interprétations qu’elle porte en elle, où l’objectif ne cesse de le disputer au subjectif, la note nous en dit autant d’elle-même, dans ses tours et ses détours, que du traduire en tant qu’entreprise de médiation. Elle nous rappelle que la traduction, par essence interprétative, prépare la voie au commentaire, qu’elle le rend éminemment possible, et lui donne ainsi, occasionnellement, une voix ;

12La note est donc toujours entre deux : entre l’original et sa traduction, entre le centre du texte et son bord, entre l’explication objective et le supplément subjectif, ni traduction, ni pleinement commentaire mais indice clair de l’inachèvement et de l’imperfection d’une traduction.

13Dans ses fonctions métapraxique, métalinguistique et métatextuelle, elle est aussi, délibérément, partie prenante d’un apparat critique tel qu’on en trouve dans les éditions bilingues érudites. Hilla Karas montre qu’en effet les composantes de l’apparat critique, et les notes en particulier, modifient la lecture même d’une œuvre, qu’il s’agisse d’une traduction interlinguale ou, comme dans son article, de la traduction intralinguale d’un texte ancien, en l’occurrence Aucassin et Nicolette, dont la langue n’est plus totalement comprise par la majorité des lecteurs. C’est ainsi que la disposition même de l’appareil critique oriente le lecteur vers une saisie du texte qui ne serait plus naïve mais, au contraire, informée parce que commentée :

Celui-ci [le lecteur] est ainsi guidé dans sa lecture de la traduction et sa compréhension de l’original, et la traduction elle-même se présente alors comme le commentaire abouti de la recherche et de la réflexion qui la bordent, ou la débordent, sous forme de gloses ou notes explicatives, commentaires explicites de justification.

14La traduction « érudite » s’épaissit donc, ouvre sa propre glose, se transforme en commentaire d’elle-même, soucieuse de justifier telle tournure, tel écart ou telle audace. Le texte prend un autre relief, les notes, gloses et commentaires s’autonomisent, le traducteur-critique devient le garant de l’interprétation savante du texte : l’édition bilingue crée donc les conditions d’une situation énonciative nouvelle doublant la relation dialogique de l’original et de la traduction d’une relation traducteur-lecteur idéal davantage marquée que dans les traductions présentées seules, sans accompagnement critique.

15D’autres formes de commentaires péritextuels font aussi la part belle au traducteur : préfaces et postfaces de traducteurs sont elles aussi des commentaires autonomes sur le texte original et/ou sa traduction, sur le lien qui les attache en dépit de la différence linguistique. Maïca Sanconie, elle-même traductrice, se demande à quelle nécessité ils obéissent : « Obéissent-ils alors à une nécessité de commentaire qui sourd, pour ainsi dire, de l’espace intermédiaire entre langue source et langue cible ? Si tel est le cas, quelles sont au juste la portée et la visée de ce commentaire ? » À l’instar de Nabokov, qui joue de la traduction et de l’auto-commentaire pour asseoir sa légitimité d’écrivain en quête de reconnaissance, notamment en écrivant une préface à la seconde traduction en anglais de son roman Despair, elle en vient elle-même à écrire une postface sur le roman Imelda de John Herdmann qu’elle vient de traduire. Ce faisant, elle replace le commentaire dans la circulation de l’oral et de l’écrit puisqu’elle fait retour sur son dialogue initial avec le texte, prélude à son interprétation, puisqu’elle évoque aussi les échanges avec l’auteur lui-même. Mais ce supplément dont le traducteur lui-même est l’auteur, ce supplément « sécrété » par la traduction elle-même, déstabilise le profil et le statut du traducteur, ni esclave ni serviteur du texte mais bien « auteur », cherchant à dire autrement ce que la traduction avait gardé allusif. Cette « position traductive débordante » est sans doute en soi très polémique mais elle met en lumière le lien entre traduction et commentaire ainsi que l’une des fonctions du commentaire en remplissant le « comme » qui, dans notre problématique, les relie, alors même que son commentaire reste périphérique. La traduction est à la fois identifiable au commentaire et comparable à lui.

16À partir de cette instabilité construite, peut-on aller jusqu’à penser le texte traduit indépendamment de son original ? C’est ce que tente de faire Anne-Laure Rigeade qui jette un regard de « comparatiste » sur l’utilisation par Nabokov de la traduction interlinéaire et du commentaire comme dispositifs romanesques, tandis qu’elle voit dans la nouvelle traduction de Ulysses de Joyce la représentation provisoire d’un troisième texte virtuel qui, délié de l’original, abolirait toute préséance entre ce dernier et ses traductions, condition permettant la circulation des œuvres et la reprise infinie des lectures et des commentaires.

17Dans tous les cas, le commentaire « actualise » des potentialités inscrites dans le texte qu’il commente car ce texte n’est jamais définitif. Claude Vigée, poète et traducteur, explique que sa traduction, dans l’un des poèmes évoqués, d’un indicatif par un conditionnel (« history may be freedom » / « L’histoire pourrait être liberté ») est bien un commentaire personnel visant à introduire l’avenir, la possibilité de choix, l’ouverture, de préférence à l’idée de destin qu’un peut aurait rendue. De même, réfléchissant à haute voix sur sa traduction de l’exergue du poème intitulé en français « Le dernier espoir », (« le nom de Dieu est Peut-Être »), il affirme qu’il choisirait aujourd’hui le conditionnel. En poète, Claude Vigée revendique en effet la possibilité pour la traduction d’être commentaire et se fait le commentateur de la genèse de sa propre traduction des Four Quartets de T. S. Eliot et de l’hypothèse interprétative qui l’a amené à utiliser les deux mots dont dispose le français, temps et durée pour traduire l’anglais time. La découverte des Quatre Quatuors, leur lecture et traduction dans un contexte de guerre lourd de menaces, l’exil, les difficultés du texte pour le traducteur novice qu’il était, puis la découverte de l’existence d’une traduction rivale qui pendant cinquante années a fait de la sienne un texte silencieux, tous ces éléments font partie de son histoire et y sont quelque part inscrits. Claude Vigée lui-même a traduit en français le commentaire que Gabriel Josipovici a écrit à l’occasion de la publication en 1992 de cette traduction demeurée enfouie 4. Or, ce commentaire, porté initialement par une autre voix et une autre langue, ce commentaire de la traduction, qui l’explique sans pour autant la délier de l’original, le convoquant même, est d’abord un hommage au traducteur, à son interprétation, à sa méditation et, qui écoutera la voix de Claude Vigée saura que ce commentaire, qu’il faut lire, est aussi le sien, car on y entend sa voix et le rythme de son élocution : commentaires et traduction mêlés dans une même oralité, dans une même poésie.

Le commentaire et la traduction ont avec le texte les mêmes rapports que le style et la mimesis avec la nature : le même phénomène dans des perspectives différentes. Sur l’arbre du texte sacré, ils ne sont tous les deux que les feuilles qui bruissent éternellement, sur l’arbre du texte profane les fruits qui tombent à la saison 5.

18Leur rapport, nécessairement de disjonction, se trouve cependant déstabilisé dans et par l’acte de traduction qui construit entre original et traduction une relation où l’écart est souvent de règle. Leur affinité et la pratique plus ou moins consciente et délibérée que les traducteurs font du commentaire dans ses différentes formes, à l’insu souvent d’un lecteur ordinaire, est l’affirmation plus ou moins avouée de l’autorité du traducteur. Cette affinité met en jeu l’acte de traduction tout autant que l’acte de lecture, la compréhension d’un texte tout autant que sa réception.

Haut de page

Notes

1 A. Berman, 1986, « Critique, commentaire et traduction (Quelques réflexions à partir de Benjamin et Blanchot) », in Po&sie 37, Paris, Librairie classique Eugène Belin, p. 88-106, 90.

2 A. Berman, 1999, « L’âge de la traduction. “La tâche du traducteur” de Walter Benjamin, un commentaire », in Broda, Martine, La Traduction-poésie, À Antoine Berman, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, p. 11-37, 14.

3 Entrent dans cette catégorie les commentaires pédagogiques mais aussi critiques qui analysent et évaluent les traductions dont le premier spécimen, dans l’histoire de la traduction française, est vraisemblablement le discours d’entrée à la toute jeune Académie Française de Claude-Gaspar Bachet, sieur de Méziriac, intitulé « De la traduction ». Ce discours, lu par Vaugelas en l’absence de son auteur (10 décembre 1635), critique sévèrement, mais avec méthode, la grande traduction de Jacques Amyot des Vies parallèles de Plutarque, toujours très admirée. Bachet de Méziriac est aussi le traducteur des épîtres d’Ovide. Cette traduction érudite, publiée en 1626 (« Ovid. Les Epistres Tradvittes. Avec Des Commentaires fort curieux. Par Clavde Gaspar Bachet, S. de Meziriac »), est accompagnée de commentaires visant à lever les points obscurs du texte latin, en puisant aux sources grecques et latines dont il offre la traduction, ainsi que d’explications du texte et de commentaires justifiant ses propres choix.

4 T. S. Eliot, 1992, Quatre Quatuors, trad. Claude Vigée, commentaire de Gabriel Josipovici, Londres, Menard Press.

5 W. Benjamin, 1978, Sens unique, trad. Lacoste, Paris, Lettres Nouvelles, p. 159-160, cité par A. Berman, 1986 : 100 et 1999 : 13 (op. cit.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryvonne Boisseau, « Présentation », Palimpsestes [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 28 juin 2010, consulté le 29 avril 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/81

Haut de page

Auteur

Maryvonne Boisseau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org