Navigation – Plan du site
Discours greffés

« Confidences d’une trousse noire » : la greffe du discours médical dans les récits d’A. J. Cronin

Cathy Parc
p. 147-166

Résumés

Le but de cet article est d’analyser comment le discours à caractère scientifique vient se greffer au récit romanesque de Cronin tout en nourrissant la chronique d’une petite ville minière ou d’une grande métropole au début du xxe siècle. Qu’elle soit le lieu d’un discours direct, rapporté ou indirect libre, la transmission des données médicales se prête-t-elle à des variations en fonction des contextes d’énonciation et des différents objectifs visés par le récit, dont l’horizon d’atteinte n’en demeure pas moins la littérarité ? En dégageant des constantes dans la présentation des faits bruts et en examinant ses liens avec la description, il s’agira de mesurer les incidences tant des équivalences que des points d’achoppement, le style se tissant aussi des adaptations du discours spécialisé et des stratégies de traduction au genre choisi : le roman ou l’autobiographie, dont les motifs peuvent paraître en surimpression.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans The Valorous Years, l’action se déroule à Levenford, la ville natale de Cronin, ainsi qu’à Sai (...)

1Attribut du médecin qui voit en elle la synecdoque d’années de bonheur, la trousse noire est aussi le témoin discret, la troisième oreille où se glissent les joies et les peines du quotidien. Se mettre à l’écoute de ses confidences implique d’analyser comment, tant dans The Citadel que dans The Valorous Years, le discours à caractère scientifique vient se greffer au récit romanesque, tout en entrecroisant sur la trame de l’autobiographie les fils d’existences individuelles imaginaires, dont l’écheveau constitue le tissu social d’une communauté. Dans quelle mesure la description des symptômes, la formulation d’un diagnostic et l’observation des effets d’un traitement contribuent-elles à nourrir la chronique sociale d’une petite bourgade d’Écosse ou du pays de Galles minier, d’une métropole comme Londres ou d’une ville de province comme Édimbourg au début du xxe siècle1 ? Suivre la navette narrative entre le singulier et le collectif suppose donc d’étudier en quoi le réalisme poussé jusqu’au naturalisme, dont relève le cadrage de l’action dans un contexte historique marqué par l’évolution des connaissances et des pratiques médicales, se révèle nécessaire au déploiement de la fiction, à laquelle ressortit l’étude psychologique de caractères parfois inspirés du réel.

  • 2 Expression que j’ai forgée à partir d’« horizon d’attente » pour insister sur les buts poursuivis p (...)

2Qu’elle soit le lieu d’un discours direct, rapporté ou indirect libre, la transmission des données scientifiques se prête-t-elle à des variations en fonction des contextes d’énonciation et des différents objectifs visés par le récit, dont l’horizon d’atteinte2, suspendu entre objectivité et subjectivité, n’en demeure pas moins la littérarité ? Il s’agira de tenter de dégager des constantes afin de déterminer si la présentation des faits bruts correspond à une pause ou à une relance narrative, tout en examinant quels liens elle peut entretenir avec la description. Valant effet de réel ou artifice rhétorique, suscite-t-elle l’intérêt du lecteur qui entre dans une forme de complicité savante avec l’auteur ou au contraire son ennui, s’il lui préfère les autres pans de l’intrigue ? En considérant ce double point de vue, à partir de la transcription, voire de la transposition dans la langue d’arrivée des spécificités culturelles propres au lexique spécialisé du registre professionnel, il sera possible de mesurer les incidences tant des équivalences que des points d’achoppement, le style se tissant aussi des adaptations du discours scientifique et des stratégies de traduction au genre choisi, roman ou autobiographie, dont les motifs peuvent paraître en surimpression.

Le réalisme clinique à l’interface de la narration et de l’interprétation
Les points aveugles du discours spécialisé et leurs effets de réel

  • 3 Les ouvrages du corpus sont notés ainsi dans le reste de l’article :
  • 4 Maurice Rémon pour La Citadelle : « traducteur théâtral français », spécialisé dans les xixe et xxe(...)

3Tant dans ses romans The Citadel et The Valorous Years que dans son autobiographie, Adventures in Two Worlds, A. J. Cronin émaille sa prose de points aveugles où le discours médical renvoie à sa propre spécificité pour mieux réfracter le sens à travers le prisme des effets de réel. Que ce soit dans le cadre du récit ou des dialogues, il en va ainsi des références à l’histoire de la médecine, à des parties de l’anatomie humaine, des diagnostics ou des ordonnances, qui sont manifestement considérés par l’auteur et / ou le narrateur comme relevant d’un savoir communément partagé. Si les noms d’hommes de science ayant réellement existé, tels Celse, Paré (LC : 2133), Laënnec (ibid. : 401) ou Louis Pasteur (ibid. : 505), sont connus de la plupart des lecteurs de langue française, ceux de Glickert (ibid. : 331), Pierre Louis, James Jackson (ibid. : 401), Helmholtz, Willard Gibbs (ibid. : 402), Bisaillon, Zinks (ibid. : 289), Fehling (CV : 75) ou Stokes-Adams (ibid. : 246) les confrontent en revanche à l’inconnu. Bien qu’ils confèrent au roman une aura réaliste en le ponctuant d’autant de nœuds opposant à l’interprétation une irréductible force de résistance, le choix des traducteurs4 a été de ne pas créer d’appels de notes détaillant les découvertes en question, que ce soit au cœur des dialogues ou du récit. Le lecteur se retrouve donc soit dans la position où il surprend des conversations entre spécialistes dont la teneur lui échappe quelque peu, même si le contexte peut l’aider à en deviner les tenants et les aboutissants, soit, parfois, dans celle où il entre, fût-ce à son esprit défendant, dans une complicité savante avec le narrateur qui présuppose que telles personnalités de l’histoire de la médecine relèvent de la culture générale, même si certaines, tel Sir Dudley Rumbold-Blane, sont fictives.

4À une occasion seulement, le traducteur de La Citadelle, Maurice Rémon, a jugé bon de réintroduire une précision historique absente du texte de départ en définissant entre parenthèses la tuberculine comme correspondant au lymphe de Koch (LC : 368). Ce parti pris semble étonnant non seulement parce que le nom Seleskovitch in Gouadec est transparent, mais surtout parce que les allusions à des scientifiques qui nous sont inconnus ne bénéficient, elles, d’aucun éclaircissement. De plus, cet aparté au lecteur donne à penser que le narrateur du texte original remplit là une fonction didactique, ce qui n’est pas le cas. Il se pose donc un problème de cohérence, tant au niveau de l’œuvre tout entière que du passage en question, le complément d’informations ne pouvant concorder avec le discours indirect caractéristique de l’extrait : il serait illogique que le docteur Thoroughgood s’adresse à Andrew Manson, lui-même médecin, en lui expliquant ce qu’est la tuberculine. Comme le souligne Daniel Gile :

Dans la traduction non littéraire, qui porte sur des textes dont les auteurs cherchent à réaliser leurs intentions à travers la présentation d’informations, les connaissances recherchées sont essentiellement informationnelles (plutôt que linguistiques, notamment stylistiques). […] Une traduction peut être informationnellement fidèle, mais linguistiquement maladroite. (Gile, 2005 : 57-61)

  • 5 Comme pneumonokoniose pour pneumonokoniosis dans Zenker had introduced a high-sounding term, pneumo (...)
  • 6 « Un malade vient au dispensaire, il compte sur sa fiole de médicament. Et on la lui donne, ne sera (...)

5De même, la francisation par le traducteur des termes à consonance grecque5, y compris lorsque le mot originel est attesté dans notre langue, est discutable puisqu’elle amoindrit la grandiloquence initialement visée. Aux « termes à effet », dont Cronin a déclaré par la bouche de son personnage autobiographique, Andrew Manson, qu’ils ont pour but de plonger le malade dans l’ignorance6, se substituent des noms de maladies auxquels la terminaison française fait perdre leur caractère étranger, voire étrange.

  • 7 Par exemple : « […] it was the presence, almost constant, of crystallin silicon, in the alveolar ce (...)

6Bien que la propension de Cronin soit de rester fidèle à la tradition réaliste en immergeant le lecteur in media res, au beau milieu du discours spécialisé, sa prose n’a pas la « sécheresse de la partie technique [des] recherches [médicales] » qui rebute tant Duncan Sterling, le héros des Années d’Illusion (AI : 192). En effet, ni son souci de la précision ni son soin du détail ne l’ont incité à faire tenir par ses personnages ou par le narrateur des exposés sibyllins : certaines parties de notre anatomie peuvent nous paraître difficiles à situer7 mais, quoiqu’elles constituent des points aveugles où le sens miroite quand bien même l’interprétation s’abîme, elles n’en nuisent pas pour autant à la clarté générale du propos. La souplesse du style résulte en effet de l’alternance du discours direct, rapporté ou indirect libre et du récit dans un imperceptible mouvement de va-et-vient qui préside, entre ombres et lumières, au métissage des motifs du registre médical sur la trame du langage courant. À titre d’exemple de cet entrecroisement de fils narratifs, qui correspond à l’orchestration de voix ressortissant à différents ordres discursifs, l’on pourra se référer à un extrait caractéristique de La Citadelle (LC : 24-25), où s’enchaînent échange dialogique, point de vue psychologique et didactique du narrateur, nouvel échange dialogique, pensées rapportées du héros mettant en perspective une erreur de diagnostic commise par un confrère pourtant expérimenté. C’est pourquoi l’on peut regretter certaines simplifications des traducteurs : rendre serpiginous edges (C : 233) par bords d’un blanc cireux (LC : 321) plutôt que serpigineux, supraorbital nerves (VY : 155) par nerfs orbitaux (AI : 226) plutôt que par sus-orbitaires, neuroglial tissues (VY : 103) par tissus neurologiques (AI : 156) plutôt que par tissus névrogliques ou The Pathology of Muscular Incoordination (VY : 129) par La Pathologie de la Coordination musculaire (AI : 193) plutôt que par La pathologie de l’incoordination musculaire, ne correspond pas à la visée première de l’auteur, lequel n’hésite pas à conférer à sa prose la densité et la profondeur dont il juge son lecteur digne. Certes, les mots qui dessinent des zones d’ombre dans l’original dotent la succession de vocables d’autant de strates où la fluidité syntagmatique sombre dans l’immobilité des paradigmes, mais ce n’est que pour mieux nous plonger au cœur du réel. Florence Glass, la traductrice de The Valorous Years, a sans doute été contrainte d’opérer ces choix sous la contrainte de la maison d’édition, qui a d’emblée destiné le roman aux jeunes lecteurs. La résultante est donc en adéquation avec le « skopos de la traduction » ou « fonction communicationnelle centrale », selon la théorie d’H. Vermeer et K. Reiss (Gile, 2005 : 42), en illustrant « la pertinence du principe fonctionnaliste au niveau terminologique » (Gile, 2005 : 140).

  • 8 Les exemples longs sont regroupés dans le fascicule Textes de référence.

7Selon toute logique, ce sont les termes utilisés par les médecins fictifs imaginés par Cronin pour établir des diagnostics conformes au réel qui sont le plus susceptibles de freiner l’élan du lecteur dans son parcours du texte. Pour être baigné dans un environnement sonore où des expressions aussi déroutantes que empyème (AI : 108), entérite (ibid. : 127 ; CV : 146), pneumonie du sommet (LC : 169), mastoïdite (ibid. : 108 ; CV : 155), médiastinite secondaire (LC : 35), nystagmus (ibid. : 153 ; CV : 144, 161) ou anévrisme de l’aorte ascendante (LC : 213) se réverbèrent d’une page à l’autre, et d’une langue à l’autre sans plus de cérémonie, jusqu’à un étourdissant enchaînement de mots techniques aux pages 404-405 de La Citadelle, où est restituée une authentique conversation entre initiés, le lecteur pourrait bien trouver « son semblable, son frère » tant dans le personnage d’Angus Murdoch que dans celui d’Urquhart. Bien que médecins, ne s’écrient-ils pas respectivement : « “Cyanosed!” […] That’ll be one of your new scientific terms, God bless my soul! I’m almost cured already for the hearin’ of it! » (VY : 88) / « Cyanosé, l’imita Murdoch, ce doit être encore l’un de vos termes scientifiques. Que Dieu me bénisse ! Rien qu’à l’entendre, je me sens déjà guéri ! » (AI : 130) et « I never heard tell of your polyvalent sera or your antibodies or your international units » (C : 159) / « Je n’ai jamais entendu parler de vos sérums polyvalents, de vos anticorps ou de vos unités internationales » (LC : 224). Ils semblent tous deux mettre en abyme une instance de lecture guidée par le bon sens, lequel serait ici le sens commun, dont la fonction consisterait à préserver le tissu textuel des arabesques jargonnantes inhérentes aux dérives de la « méthode scientifique ». Parfois comiquement poussée à l’extrême, celle-ci finit par égarer le traducteur qui propose fracture transversale du tibia (AI : 147) au lieu de péroné pour transverse fracture of the fibula (VY : 97), ou par mettre à mal ses stratégies de traduction, comme dans l’exemple 18. Si l’emploi par Cronin de l’adjectif anglais pallid, dérivé du latin pallida, permet de lever toute ambiguïté quant au sens de l’expression latine, en revanche l’usage de l’adjectif livide en français, plutôt que d’une expression comme à la pâleur maladive, trahit la forme en supprimant la paronomasie initiale dont l’effet était stylistique et la visée, explicative. En revanche, dans l’exemple 2, la répétition de gastro-entérostomie apparaît comme un raccourci de traduction qui ne permet pas de transcrire le registre familier de l’adjectif nominalisé gastro-duodenal utilisé par le médecin Llewellyn dans son adresse à un collègue. En annihilant l’impact psychologique de la familiarité induite en anglais par l’ellipse de l’article devant le substantif gastro-duodenal puis par l’emploi du déterminant possessif my, la suppression du glissement terme à terme en français modifie la nature de la relation professionnelle entre A. Manson et le docteur Llewellyn, son supérieur hiérarchique d’alors, dont la suite de la diégèse montre la tension latente. En omettant de répercuter le jeu sur les variantes sémantiques gastro-duodenal / gastro-enterostomy, M. Rémon a poussé à l’extrême le principe de « déverbalisation » (« orientation fondamentale de la traduction à partir du sens et non pas des mots », Seleskovitch in Gouadec, 2002 : 252) et masqué ce qui fait la spécificité du discours médical puisqu’« au-delà des unités lexicales, les langues de spécialité se caractérisent par une phraséologie particulière, voire, selon les domaines, par une morphologie textuelle particulière » (Gouadec, 2002 : 169).

  • 9 Par exemple : le microtome (LC : 283), un petit manomètre bromoforme (ibid. : 404), la tréphine (CV (...)
  • 10 « Next I pumped into her 15 milligrams of diamorphine hydrochloride, perfect antidote to the atropi (...)

8Pour le détail des ordonnances, comme du matériel médical, dont le lecteur ne soupçonne pas toujours l’existence9, le contrat de lecture ressortit au même réalisme poussé jusqu’au naturalisme : à partir du moment où le savoir n’est plus partagé par l’auteur et le lecteur, ne s’agit-il pas plutôt de projeter ce dernier dans le personnage à multiples facettes du patient ? Malgré la richesse psychologique des héros des Années d’Illusion et de La Citadelle, l’empathie ne serait-elle pas davantage suscitée par ces personnages secondaires, voire anecdotiques, destinataires d’un discours qui dépasse leur entendement, comme si la « solution [au] rébus », qui permet d’assembler « les morceaux d’un puzzle bien découpé » pour atteindre au « tableau complet » (LC : 77, 53 ; CV : 72) se refusait aux non-initiés ? Même si l’on note certaines simplifications10, les termes techniques ne posent pas vraiment problème au traducteur, qui s’en remet alors aux ouvrages de référence faisant appel à la mémoire collective :

Le degré de spécialisation du domaine du texte à traduire n’est pas nécessairement en forte corrélation avec le niveau des connaissances spécialisées requises. Certaines listes […] peuvent être très spécialisées, mais ne comporter au regard de leur interprétation et leur ré-expression que des difficultés terminologiques que l’on résout aisément à l’aide de sources documentaires appropriées. (Gile, 2005 : 14)

  • 11 Définition du Collins : « Lysol: (trademark) a solution containing a mixture of cresols in water, u (...)

9Ainsi, a jar containing Lysol (C : 135) devient un pot à confiture rempli de lysol (LC : 192) quand ten grains of barbitone (C : 268) est traduit par dix grains de gardénal (LC : 374) plutôt que de véronal, le nom des produits commercialisés, fût-il anglais pour lysol11, ayant été préféré puisqu’il est connu du plus grand nombre, en accord avec la théorie du sens de Danica Seleskovitch selon laquelle « l’on traduit à partir du sens et non pas des mots de l’original » ou celle du skopos, qui « affirme que la fonction ou skopos de la traduction détermine en très grande partie la manière dont elle sera faite » (Gile, 2005 : 30). En revanche, la traduction des expressions imagées inventées par l’auteur pour désigner certains remèdes ou leurs modes d’administration se révèle plus délicate, le procédé d’« homomorphisme » (Henry, 2003 : 177) ne permettant pas toujours de préserver les effets de l’original : an Omnipon powder (C : 225) est rendu par une dose de pantopon (LC : 309), le travail sur les étymologies grecque et latine substituant le préfixe panto au préfixe omni alors qu’il n’est pas plus clair, tandis que le substantif powder est dilué en une dose. Parfois le traducteur paraît même se rendre à son ennemi intime, l’intraduisibilité, lorsqu’il renonce à résoudre l’équation entre dénotation et connotation que pose le jeu de mots, dont « le poids dans le texte », comme le rappelle Jacqueline Henry, relève des fonctions tant métalinguistique que poétique (Henry, 2003 : 31). Ainsi, le jeu sur les mots-valises Marrobin C, Vegatog, Bonebran (C : 305) n’est pas restitué dans la version française puisque ces vocables y réapparaissent tels quels. Cette non-traduction entraîne la perte de « l’association émotionnelle » originale (Henry, 2003 : 31), à savoir, ici, l’ironie dirigée à l’encontre de la stratégie commerciale qui vante des ingrédients naturels (marrow / marrubium ragged Robin, vegetables, bones, bran) et leurs bienfaits supposés. De même, l’expression lampes à irradiation (LC : 308) ne rend pas la connotation grandiloquente d’Iradium lamps (C : 224) suggérée par le mot latin à majuscule Iradium, hapax qui contient pourtant toute l’intention satirique de Cronin dans la transcription qu’il donne d’une conversation entre médecins de la haute société. Il est également surprenant que la tournure familière the good old hypo (C : 224) ait été traduite par le bon vieil hypo (LC : 309), qui n’est pas évocateur d’un contexte médical, plutôt que par la / notre / cette bonne vieille (seringue) hypo.

10Si pour l’auteur, les bribes de discours spécialisé semblent donc avoir été dictées par le seul mot d’ordre « faire vrai », il n’en reste pas moins qu’à la part d’hermétisme liée au problème de la vraisemblance fait pendant une part de clarté plus grande encore, à l’origine de ces instants vertigineux où, jouant de l’illusion tragique de la littérature, la fiction ambitionne de se faire passer pour la réalité.

L’éclairage herméneutique : aux points de jonction entre récit, discours direct, rapporté ou indirect libre

  • 12 Les caractères gras ont été ajoutés dans les exemples pour indiquer des points commentés dans l’art (...)

11À l’opposé des points aveugles générateurs d’effets de réel, certains procédés stylistiques utilisés par Cronin visent à une compréhension plus aisée du contenu (« Oh, I don’t want to worry you with long-sounding names and technicalities. » [TW : 218]), ce qui facilite le travail du traducteur, le texte délivrant les clés de son interprétation en levant les obstacles herméneutiques inhérents au discours spécialisé. L’œuvre de traduction ne se pose plus alors en termes d’hybridation ni de greffe mais de cohérence, puisqu’il s’agit de reproduire les enchaînements sans coutures du texte de départ selon un mouvement de va-et-vient entre le général et le particulier, le concret et l’abstrait. Dans le contexte des romans, la description spécialisée sert l’exposition des signes cliniques et joue un rôle argumentatif, comme l’a souligné le traducteur par un étoffement (ajout de tout le démontrait) après l’évocation des symptômes d’un patient : « Le malade […] était de toute évidence dans un état désespéré ; ses lèvres parcheminées, ses yeux voilés, son souffle court, tout le démontrait12. » (AI : 108) traduisant « The patient […] was in a desperate conditionlips parched, eyes dim, breathing shallow and distressed. » (VY : 70)

12Loin de correspondre à une pause dans le récit, la description contribue au développement de l’intrigue : si les visages et les corps font sens, ils se déchiffrent le plus souvent sous l’angle scientifique, comme s’ils n’étaient que les pré-textes à l’acte médical. Une fois le terme technique posé comme un jalon, il est récurrent qu’il soit explicité dans les mots du langage courant ; par exemple, le syntagme the rheostat s’éclaire à travers la complémentation for your electrical reactions, la périphrase the heavy electric machine et le passage descriptif Anna adjusted the wires, dipped the pads in saline, and switched on the current (VY : 66). Ou bien, l’évocation, strictement littérale, se veut d’autant plus concrète qu’elle passe par la mention des conséquences possibles en l’absence d’intervention médicale : The bone has thickened. Might develop into a hammer toe, if it’s left untreated (C : 272). Aussi est-il surprenant que Florence Glass ait préféré recourir à un terme scientifique que cette fois l’auteur a évité : Il s’est formé une exostose et nous pourrions nous trouver en présence d’un orteil en marteau si on n’intervient pas immédiatement (LC : 378).

13La comparaison permet également de projeter l’évocation d’un état médical sur un autre plan existentiel : le bras invalide de Duncan Sterling ressemble à « une branche morte » (AI : 84), tandis que les séquelles laissées par l’hémorragie cérébrale se lisent sur le visage « sans expression et comme en cire » du docteur Page (LC : 9). Ce parti pris de concrétude constitue une constante stylistique qui transcende le genre puisqu’il caractérise aussi certains passages de l’autobiographie : les membranes du cerveau sont « frêles et délicatement veinées comme l’aile d’un papillon » (CV : 23), une tumeur s’épanouit comme « une fleur maligne de la jungle » (ibid. : 24) ou une grenade, fruit qu’Henri Thiès a remplacé par une orange (ibid. : 24) bien qu’elle n’ait pas la couleur du sang, pourtant à l’origine de l’analogie.

  • 13 Certaines expressions latines, comme mist. alba – mitte decem qui sert pourtant de jalon (C : 254 / (...)
  • 14 Exemple type : « “j’ai dans mes malades une médiastinite secondaire très intéressante” […] Comme l’ (...)

14Cronin emprunte aussi des termes appartenant à d’autres domaines professionnels pour contrer toute ambiguïté. Ainsi, le participe passé pocketed (C : 273) du registre de la mécanique, et appliqué à des amygdales, a été transposé en enchatonnées (LC : 381) du registre de la joaillerie en français, de sorte qu’une métaphore s’est substituée à l’autre. L’explicitation peut passer par une définition entre parenthèses, par apposition ou périphrase, notamment lorsqu’il s’agit de mots latins (voir exemple 3). Or, le traducteur éprouve parfois13 des difficultés à reproduire les mêmes effets qu’en anglais : il a traduit As he scribbled Rep Mixt―the mixture as before (C : 266) par En griffonnant Rep. Mist. (même potion qu’avant). Contrairement à ce qui se passe pour Mixt. et mixture, il n’y aucun lien étymologique entre Mist. et potion alors que des termes français comme mixture ou mixtion auraient pu être utilisés. Dans sa traduction de l’autobiographie, Henri Thiès a quant à lui accentué la tendance didactique, pourtant marginale dans le texte anglais, en expliquant, voire en simplifiant, des termes comme pseudocyesis, bronchiectasis ou neurosis, qu’il rend par la pseudocyésie, ou grossesse nerveuse (CV : 161, 101), la bronchite chronique (ibid. : 165, 109) et une simple affection nerveuse (ibid. : 163). En préférant « l’équivalence dynamique, qui cherche à répondre aux besoins du destinataire » à « l’équivalence formelle, qui cherche à reproduire la forme du texte de départ », selon la définition qu’en donne Eugène Nida (cité dans Gouadec, 2002 : 238), il a donc modifié le pacte de lecture. De fait, au lieu de se trouver, à l’image de certains personnages, d’abord confronté à l’inconnu en vertu des effets de réel dus à la défamiliarisation induite par l’emploi de termes savants, le lecteur français accède d’emblée à l’éclaircissement que les références anaphoriques entre récit et dialogue étaient supposées construire. Et ce, alors même que celles-ci ne nuisaient pas au confort de lecture puisque, dans ces conditions, le recours au dictionnaire ne s’avérait plus nécessaire14. Cette propension à l’explicitation « selon laquelle la traduction tend à être plus explicite que l’original » constitue d’après Shoshana Blum-Kulka l’un des « universels de la traduction » (cité dans Gile, 2005 : 252) et s’illustre dans la technique de l’amplification qui, selon E. Nida, « consiste à ajouter des informations inexistantes sur l’original lorsque les éléments sémantiques importants et implicites de la langue source nécessitent une identification dans la langue du récepteur » (cité dans Guidère, 2010 : 87). Or l’évaluation de cet impératif est laissée à l’appréciation purement subjective du traducteur ; dans les exemples pré-cités, aucune dimension implicite ne semble pouvoir justifier les expansions auxquelles il a procédé.

  • 15 « même le nom propre choisi au départ pour sa banalité s’auréole dans le texte cible du connoté “ét (...)
  • 16 « les onomastiques panachées qui résultent d’une traduction sporadique ou sélective mènent droit au (...)

15Il apparaît que les points d’achoppement à la traduction relèvent également des spécificités culturelles auxquelles le discours spécialisé ne peut se soustraire, plus que du discours spécialisé lui-même. Le choix de M. Rémon et F. Glass s’est porté sur une francisation de certains prénoms : dans La Citadelle, Andrew devient André, Philip devient Philippe et Edward, Édouard alors que les autres personnages n’ont pas été rebaptisés, et dans Les Années d’Illusion, seule Jean devient Jeanne tandis que les titres Mrs et Sir y sont retranscrits tels quels. Même si l’on comprend que le prénom Jean puisse poser problème car il acquiert un nouveau dénoté lors de son transcodage du fait qu’il est masculin dans la langue cible15, cette stratégie de naturalisation est gênante car elle n’est pas généralisée16 et s’avère source de confusion, les personnages n’ayant aucune origine française. Si l’on en croit Jean-Louis Vaxelaire, elle ne correspond pas non plus à une tendance très marquée en traduction bien qu’elle relève d’une pratique qui était davantage en vogue dans la première moitié du xxe siècle, époque où ont été publiées les traductions des ouvrages de Cronin qui nous intéressent : « La langue source est une donnée essentielle puisqu’on traduira bien plus souvent un nom issu d’une langue exotique que de l’anglais, l’exotisme commençant pour les Français par tout ce qui ne fait pas partie des langues latines et de l’anglais, c’est-à-dire le néerlandais et l’allemand. » (Vaxelaire, 2009 : 135) D’autre part, Cronin ayant choisi un ancrage britannique pour les deux romans étudiés, il paraît également étonnant d’y transplanter une entité à consonance française, l’hôpital Saint Jean pour Saint John’s Hospital (C : 211), en mentionnant cependant un cabinet de consultations Brook Street (LC : 149) puisque ce que Hervey et Higgins appellent « la compensation du lieu », qui revient à « placer l’effet du texte cible à un autre endroit » (cités dans Guidère, 2010 : 87), ne vaut que si elle est systématique. B. Folkart résume parfaitement cette impasse traductologique :

Qu’on le naturalise, donc, auquel cas il se démarque tant par rapport à son homologue de départ que par rapport aux présupposés narratifs du texte, ou qu’on le maintienne tel quel, auquel cas, corps étranger, il introduit une solution de continuité dans le nouveau co-texte qui l’entoure, le signifiant onomastique constitue, dans le système traductionnel, un lieu traversé par toutes les tensions entre énonciation et ré-énonciation. (Folkart, 1991 : 138)

16De même, l’expression de la température en degrés Fahrenheit dans la version française, qui précède la mention de son équivalent en degrés centigrades (une température de cent quatre [40 °C] [LC : 474]), constitue certes une « information secondaire » ou « information d’orientation, sélectionnée par l’énonciateur pour faciliter la compréhension des informations premières », mais elle parasite le message dans la langue d’arrivée en suspendant le « continuum entre la traduction et l’adaptation » (Gouadec, 2002 : 82, 92). À propos d’un problème de conversion connexe (de livres en grammes), D. Gouadec se demande s’il ne « serait pas plus judicieux de ne garder dans la version française que les indications » exprimées dans l’unité de mesure alors en vigueur en France :

L’information première serait effectivement transmise, la crédibilité de l’auteur serait préservée, et la qualité communicative de la phrase serait améliorée […] l’énoncé ainsi produit facilite l’assimilation de l’idée par le lecteur français, qui n’a plus besoin de faire l’adaptation mentale lui-même et ne ressent plus l’énoncé comme étranger. (Gouadec, 2002 : 90-91)

  • 17 take no less than three major postgraduate degrees to supplement my M.B., Ch.B.: the M.D., the M.R. (...)
  • 18 De même L.S.P., licencié de la Société des Pharmaciens pour L.S.A., Licentiate of the Society of Ap (...)

17Les exemples les plus caractéristiques de cette hybridation impossible entre deux partis pris traductologiques contradictoires ont trait aux titres médicaux ou à leurs acronymes. Contrairement à H. Thiès, qui a préféré n’en traduire aucun dans l’autobiographie pour s’en tenir à des formulations générales17, M. Rémon, dans La Citadelle, a hésité entre la non-traduction, la définition et l’équivalence. Même quand les titres sont explicités par les personnages dans le cadre des dialogues, certaines de ses traductions restent problématiques. Ainsi, Que peut-il y faire, ce pauvre diable de M.G. ? Votre médecin général (sic), ce bon vieux charlatan qui fait tous les métiers ! (LC : 108) ne correspond pas à What can the poor devil do about it? Your G.P.—dear old quack of all trades! (C : 75) car M.G. n’est pas idiomatique en français comme G.P. l’est en anglais18. De plus, le jeu de mots autour de l’expression jack of all trades and master of none n’est pas restitué ; peut-être aurait-on pu penser à ce cher vieux charlatan / toubib, bon à tout faire ?

  • 19 « L’organisme cité est de faible envergure ou peu connu en France, suivant le contexte et le destin (...)
  • 20 I’m doctor Hope! At least I used to think I was Hope. Now I’m definitely Hope deferred (C : 199) tr (...)
  • 21 Nobody but the good old apathetic B.P. would put up with it―like our roads, for instance, a hopeles (...)

18Les explications apportées par le traducteur entre parenthèses ou dans le corps du texte finissent aussi par plonger le lecteur dans la confusion : si son titre de M.D. (Docteur en médecine) (LC : 265) pour the degree of M.D. (C : 214) est lisible, en revanche ton titre de M.S. (docteur en chirurgie) (LC : 372) pour your M.S. (C : 267) l’est moins, car les initiales ne sont plus les mêmes en français où bachelier en chirurgie d’Oxford (ibid. : 149) n’équivaut pas à an Oxford B.Ch. (CL : 211), le titre an Oxford bachelor of surgery, dérivé du latin baccalaureus chirurgiae, signifiant diplômé / licencié en chirurgie de l’Université d’Oxford. Les notes de bas de page qui constituent autant de « segments métalinguistiques » ayant « pour effet de convertir en langue-objet ce qui dans le texte source était langue » (Folkart, 1991 : 144) reflètent les mêmes flottements. B.M. en français, pour M.B. en anglais, a été donné comme initiales de Bachelier en Médecine (LC : 203, note 1) au lieu de licencié en médecine, l’acronyme G.M.C. a été défini sous l’appellation Conseil Général des Médecins (ibid. : 486, note 1), selon la traduction littérale de General Medical Council (C : 349), alors que le G.M.C. n’est pas un organisme français et fait plutôt penser au Conseil de l’Ordre (des Médecins)19. Quant à M.R.C.P., Member of the Royal College of Physicians (ibid. : 143), il a été assimilé à F.R.C.P. (ibid. : 257), la même traduction ayant été suggérée en note (membre du Collège Royal des médecins [LC : 357, note 1]), illustrant ce que D. Gouadec nomme « la dérive terminologique, c’est-à-dire le manque de constance dans l’emploi des termes pour les mêmes concepts » (Gouadec, 2002 : 139), alors que M.R.C.S. (C : 228 / LC : 315) a été conservé tel quel en français, sans aucun éclaircissement. La même tendance à la simplification caractérise la traduction de an honours M.D. (C : 187), simplement rendu par son titre de M.D. (LC : 265), et de the D.P.H., subsumé par un etc. bien commode (ibid. : 97). Le registre familier sur lequel les personnages de médecins évoquent parfois leurs titres a également fait obstacle au traducteur, qui a eu recours au générique je vous l’ai dit, je ne suis qu’un chirurgien (C : 96) pour I told you I was a sawbones (LC : 133), plutôt que d’employer des termes comme carabin, voire charcutier ou boucher, reflétant alors « un autre universel potentiel [qui] est l’hypothèse d’une normalisation linguistique de la traduction par rapport à l’original, avec un emploi plus fréquent par le traducteur que par l’auteur de structures standard et une plus faible occurrence de structures originales » (Blum-Kulka cité dans Gile, 2005 : 252). M. Rémon ne s’est pas non plus essayé au jeu de mots sur Docteur Hope20, le patronyme anglais du personnage n’ayant pas été traduit par Docteur Lespoir alors que les surnoms Billy Buttons et the Nag ont été transposés en Billy les Boutons et Bidet, préféré à Canasson par exemple, bien que Bidet introduise une connotation scatologique absente du terme original. Seules deux expressions se sont révélées causes d’erreurs : le faux-ami physician (C : 267), traduit par physicien (LC : 465) au lieu de médecin, et les initiales B.P., assimilées aux bons vieux médecins encroûtés alors que, selon toute logique, elles font plutôt allusion au public britannique si l’on se réfère à leur première mention21.

19Tout en aboutissant à une forme de « traduction signalétique, qui ne restitue que des éléments descriptifs sommaires du texte original » (Gouadec cité dans Gile, 2005 : 39), le traducteur a donc brouillé le contenu informationnel initial par le télescopage maladroit des univers référentiels français et anglais, ce qui ne peut que perturber la lecture du texte cible. Selon les termes de D. Gile, qui s’exprime là de façon générale, « il apparaît donc que théoriquement du moins, pour servir le skopos de la traduction, certaines omissions d’informations induites par les contraintes linguistiques sont souhaitables afin d’éviter des maladresses, voire l’apparition dans l’esprit des destinataires d’une fausse image de la réalité » (Gile, 2005 : 94).

Les déformations de la vision médicale : le problème de la surdétermination contextuelle

  • 22 « La simplification lexicale reflète avant tout un nombre moindre de mots employés dans la traducti (...)

20L’une des caractéristiques du style de Cronin consiste dans l’emploi d’expressions dont la teneur métaphorique, attestée dans la langue courante, pourrait presque faire oublier le sens littéral premier, toujours relatif à la maladie. Des images comme « this perpetual morbid introspection » (VY : 54), « he caught the infection from the other two » (C : 269), « her spirit infected him » (ibid. : 187), « he felt shaky and ill at the thought of further trouble » (ibid. : 115), « after a few minutes of feverish effort » (ibid. : 66) pourraient ne pas retenir l’attention du lecteur si ce n’était le contexte médical des romans qui leur confère une nouvelle dimension. Elles posent de fait le problème de la surdétermination contextuelle, dont les effets se répercutent jusque dans la langue cible : parmi toutes les occurrences relevées, qui ont aisément trouvé un équivalent en français, seules quelques-unes ont fait l’objet d’une sous- ou sur-traduction. Dans l’exemple 4, le traducteur n’a pas traduit l’adverbe deliriously, qui file la métaphore introduite par sore with laughter, comme si cette expression était déjà suffisamment explicite22. A contrario, il a cédé à plusieurs reprises à l’idiosyncrasie de Cronin en préférant s’inspirer du registre médical pour rendre les termes overpitched, power et passion pourtant neutres, si tant est que l’on ne se réfère pas à l’étymologie latine du verbe pati qui signifie souffrir (voir exemples 5 à 8). Dans les exemples 5 et 6, il n’a pas retenu l’emprunt au lexique du cricket ou de la musique ni à la Bible, sans doute parce que ces références lui ont paru trop lointaines pour un lecteur de culture française. Dans l’exemple 7, il a fait porter l’accent sur la nature obsessionnelle, quasi maladive, des attentions d’A. Manson pour son épouse, plutôt que sur l’intensité de l’attachement amoureux dont elles témoignent, forçant ainsi le trait de caractère auquel l’auteur donne une aura plus romantique. Dans l’exemple 8, la transposition de power en incurable explicite la connotation péjorative seulement sous-jacente dans le texte source, où la violence verbale était d’autant plus insidieuse qu’elle était latente et empreinte d’hypocrisie. Dans un même élan, rickety (exemple 9) a été interprété dans son acception médicale (rachitique), bien qu’accolé à un substantif désignant un véhicule. Illustrant à nouveau « la loi de standardisation croissante » qui relève de « la tendance à remplacer les relations inhabituelles dans le texte source par des relations plus conventionnelles dans le texte d’arrivée » (Toury, 1995 : 27), le traducteur a aussi substitué au registre familier de l’expression péjorative hot-air fatigue (exemple 10), qui aurait pu être rendue par l’effet de la fatigue due au brassage d’air, le formalisme du simple diagnostic fatigue cérébrale.

  • 23 Dans AI, Duncan se dépeint sous les traits d’« un pauvre petit garçon » et son premier amour, Marga (...)

21Cette tendance du traducteur à se laisser influencer par le discours spécialisé qui circonscrit le contexte des romans, au point de le greffer là où il est inexistant dans l’original, peut s’expliquer par la récurrence des cas de déformation professionnelle. Que le narrateur assimile un regard pénétrant à une opération chirurgicale (C : 247), qu’un mineur compare son corps à une mine dotée de conduits (ibid. : 122), qu’un médecin veuille parier un stéthoscope (VY : 49), ou parle de disséquer un sandwich avec l’aide d’Hippocrate (ibid. : 43, CV : 16), ou caractérise l’avarice d’un personnage comme relevant d’un cas pathologique (C : 80), quand ce n’est pas la médecine elle-même qui est considérée comme un patient (ibid. : 279), sont autant de clins d’œil par lesquels l’auteur renouvelle à son lecteur la connivence qu’il a d’emblée implicitement établie. Ces instanciations ne sont jamais plus nombreuses que dans le domaine sentimental : l’amour qui s’est égaré dans le choix de son objet est un mal physique (VY : 95), dont il faut se guérir (ibid. : 81) en renonçant au romantisme de la naïveté induit par une cristallisation excessive car déraisonnée. Cela suppose de se défaire du cuir ou de la carapace (that sentimental hide [ibid. : 80]) que représente la sentimentalité, ou, selon la traduction française, de tout le fatras sentimental (AI : 119). Comme le flirt avec une femme mariée dégrade les sentiments en instincts primaires et provoque une indigestion morale momentanée (ibid. : 175), cette religion fondée sur la croyance aveugle dans les contes de fées23 s’avère fausse, ce qui vaut au titre du roman The Valorous Years la traduction Les Années d’Illusion, en référence à la phrase « Sleep well, little woodcutter, your calf-days are over » (VY : 82) / « Dormez bien, petit bûcheron, vos illusions d’amour sont mortes » (AI : 123). Que les sentiments soient partagés ou non, Cronin n’a de cesse de parcourir ce lieu commun de la littérature qu’est la maladie d’amour, tant et si bien que le traducteur se laisse parfois gagner par cette contamination contextuelle : l’amour ou la déception amoureuse causent un élancement de douleur (ibid. : 220, LC : 440), une blessure douloureuse (ibid. : 143, LC : 360), la vue d’un adultère, une douleur physique (ibid. : 91), tandis que la découverte de la légèreté de l’être aimé fait l’effet d’un coup de poignard (exemple 11).

Conclusion

  • 24 « il définit une langue de spécialité, qu’il qualifie aussi de thématique, d’instrumentale ou de mé (...)
  • 25 « l’intuition se situe précisément entre l’information et la décision. La démarche du traducteur fa (...)

22D’inspiration lyrique, la prose de Cronin répond à une double postulation qui résulte de l’ancrage du discours spécialisé dans une vision indéniablement attirée par le poétique. La question du genre se pose avec force au traducteur, les visées de l’autobiographie ne correspondant pas nécessairement à celles des romans, d’où les différences observées dans les stratégies choisies. « Outrepasseur de mots » (Bensoussan, 1995 : 17), le traducteur laisse entendre le grain de sa voix chaque fois qu’il s’approprie le texte au point de le soumettre à une ré-écriture. Car si son rôle « est de doubler l’auteur, il est aussi de faire lire l’auteur » (Durieux, 1988 : 86). De fait, ce que B. Folkart nomme « le filtrage au niveau de la réception » (Folkart, 1991 : 309), qui définit l’approche fonctionnaliste de la traduction, le conduit à opérer des choix aux allures de remédiation, notamment dans Les Années d’Illusion où l’impératif catégorique de lisibilité a dicté le développement de l’implicitation en explicitation, à mesure que la connotation s’est inversée en dénotation, pour mieux s’adapter à un jeune lectorat. La restitution fidèle du texte source est passée au second plan dès lors que l’effet visé n’était autre que l’accroissement du potentiel d’identification des lecteurs français, fût-ce au prix de la naturalisation du contexte original. Pourtant, comme dans La Citadelle, le réel s’y laisse déchiffrer deux fois : non seulement à travers les convergences et divergences d’avec les événements autobiographiques, mais aussi à travers les découvertes et figures marquantes de la médecine. La mémoire individuelle trace des lignes de vie plus ou moins parallèles au vécu de l’auteur, donc plus ou moins fictives, qui viennent s’inscrire dans le prolongement de celles que dessine la mémoire collective, ce réservoir de signes où le lecteur est censé puiser pour saisir les tenants et aboutissants du flux continu des vocables. « La défaillance de la traduction » qui est « recul devant l’Autre », « rejet ou refoulement de l’altérité » (Folkart, 1991 : 205) s’illustre tantôt dans « le manque à traduire » ou « défaut de traduction » (Berman cité dans Folkart, 1991 : 196) tantôt dans « le surcroît traductionnel » (ibid., 1991 : 169, 209) qui procèdent dans La Citadelle, Les Années d’Illusion et Sur les Chemins de ma Vie de l’entre-deux générique où l’écriture de Cronin prend sa source : de la prose à la poésie, du langage courant à la terminologie et phraséologie scientifiques24, l’écart fait figure, figure de style qui s’offre à l’intuition du traducteur de la même façon que le symptôme s’offre à l’intuition du médecin25. Si familier de la différence entre traduction spécialisée et traduction littéraire, laquelle s’articule autour de l’opposition de la pragmatique à l’esthétique, le passeur se voit donc contraint d’écrire à son tour l’oxymore premier dont découleront les autres mots, jusqu’au dernier, qui le confronte à la citadelle, forteresse imprenable à laquelle Sénèque identifie le sage.

Haut de page

Bibliographie

Éditions de référence

Cronin, Archibald Joseph, 1965 [1937], The Citadel, Boston, New York, Toronto, Little Brown and company.

—, 1938, La Citadelle, trad. Maurice Rémon, Paris, Albin Michel.

—, 1940, The Valorous Years, New York, A. J. Cornell Publications.

—, 1952, Les Années d’Illusion, trad. Florence Glass, Paris, Albin Michel.

—, 1952, Adventures in Two Worlds, New York, McGraw-Hill.

—, 1962 [1953], Sur les Chemins de ma Vie, trad. Henri Thiès, Paris, Albin Michel.

Ouvrages et articles

Bensoussan, Albert, 1995, Confessions d’un traître. Essai sur la traduction, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Berman, Antoine, 1991, « Traduction spécialisée et traduction littéraire », in La Traduction littéraire, scientifique et technique, Actes du Colloque international organisé par l’Association européenne des linguistes et des professeurs de langues (AELPL), les 21 et 22 mars 1991, Paris, École Supérieure des Arts et Métiers, LaTilu Éditeur, p. 9-15.

Blum-Kulka, Shoshana et Levenston, Eddie A., 1983, « Universals of Lexical Simplification », in Faerch, Kasper G. (ed.), Strategies in Interlanguage Communication, Londres, New York, Longman.

Cronin, Archibald Joseph, 1948, Confidences d’une trousse noire, trad. Jane Fillion, Paris, Éditions de la Paix.

Cruces, Colado S., 2000, « Le choix des textes en traduction spécialisée », in Gouadec, Daniel (éd.), Formation des traducteurs, Actes du Colloque international de Rennes 2 (24-25 septembre 1999), Paris, La Maison du Dictionnaire.

Durieux, Christine, 1988, Fondements didactiques de la traduction technique, Paris, Didier Érudition, coll. Traductologie.

Folkart, Barbara, 1991, Le Conflit des énonciations. Traduction et discours rapporté, Québec, Les Éditions Balzac, coll. L’Univers des discours.

Gile, Daniel, 2005, La Traduction. La comprendre, l’apprendre, Paris, PUF, coll. Linguistique nouvelle.

Gouadec, Daniel, 2002, Profession : traducteur, Paris, La Maison du Dictionnaire.

Guidère, Mathieu, 2010, Introduction à la traductologie, Penser la traduction : hier, aujourd’hui, demain, Bruxelles, De Boeck Université.

Henry, Jacqueline, 2003, La Traduction des jeux de mots, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.

Larose, Robert, 1989, Théories contemporaines de la traduction, Québec, Presses de l’Université de Québec.

Nies, Fritz (éd.), 2004, Les Enjeux scientifiques de la traduction. Échanges franco-allemands en sciences humaines et sociales, trad. Eliane Kaufholz-Messmer, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Toury, Gideon, 1995, Descriptive Translation Studies and Beyond, Amsterdam, John Benjamins.

Van Hoof, Henri, 1991, Histoire de la traduction en Occident, Paris, Duculot.

—, 1993, Dictionnaire universel des traducteurs, Genève, Éditions Slatkine.

Vaxelaire, Jean-Louis, 2009, « La traduction des noms propres : une pratique en constante évolution », in Lagorgette, Dominique et Bertrand, Olivier (éds.), Études de corpus en diachronie et en synchronie. De la traduction à la variation, Chambéry, Université de Savoie.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Dans The Valorous Years, l’action se déroule à Levenford, la ville natale de Cronin, ainsi qu’à Saint Andrews, Édimbourg et Strath Linton. Dans The Citadel, elle se passe à Blaenelly, Aberalaw et Standborough au pays de Galles, ainsi qu’à Londres.

2 Expression que j’ai forgée à partir d’« horizon d’attente » pour insister sur les buts poursuivis par l’auteur et non sur la position du lecteur.

3 Les ouvrages du corpus sont notés ainsi dans le reste de l’article :

Cronin, Archibald Joseph, 1965 [1937], The Citadel, Boston, New York, Toronto, Little Brown and company : C.

—, 1938, La Citadelle, trad. Maurice Rémon, Paris, Albin Michel : LC.

—, 1940, The Valorous Years, New York, A. J. Cornell Publications : VY.

—, 1952, Les Années d’Illusion, trad. Florence Glass, Paris, Albin Michel : AI.

—, 1952, Adventures in Two Worlds, New York, McGraw-Hill, TW.

—, 1962 [1953], Sur les Chemins de ma Vie, trad. Henri Thiès, Paris, Albin Michel : CV.

4 Maurice Rémon pour La Citadelle : « traducteur théâtral français », spécialisé dans les xixe et xxe siècles et qui a traduit de l’allemand des pièces d’Hermann Sudermann et de Wilhelm Meyer-Foerster (Van Hoof, 1993). Henri Thiès pour l’autobiographie de Cronin, connue en français sous le titre Sur les Chemins de ma Vie. Du même auteur, il a aussi traduit La Tombe du Croisé (1957), La Lumière du Nord (1958), et Le Jardinier espagnol (1959). Il a également été le traducteur de nombreux romans allemands, notamment policiers (Van Hoof, 1993). Florence Glass pour Les Années d’Illusion. Leurs traductions étant les seules existantes à ce jour, pour ce qui est des trois œuvres étudiées, la comparaison diachronique n’est pas possible.

5 Comme pneumonokoniose pour pneumonokoniosis dans Zenker had introduced a high-sounding term, pneumonokoniosis (C : 241) ou anthracose pour anthracosis (ibid. : 171).

6 « Un malade vient au dispensaire, il compte sur sa fiole de médicament. Et on la lui donne, ne serait-ce que du caramel, du bicarbonate de soude ou de la bonne eau pure. C’est pour cela que l’ordonnance emploie des mots latins… pour qu’il ne comprenne pas. Ce n’est pas bien, ce n’est pas scientifique. » (LC : 68). D’ailleurs, dans cet extrait, c’est la même stratégie de traduction qui prévaut, supprimant les mots en latin, en abrégé, qui dupliquent l’étiquette collée sur la fiole (soda bicarb. and good old aqua), lissant le texte de toutes les aspérités voulues par l’auteur afin de créer une mise en abyme, comme si le locuteur démontrait dans son discours même la pratique médicale qu’il décrie.

7 Par exemple : « […] it was the presence, almost constant, of crystallin silicon, in the alveolar cells, the phagocytes, everywhere, which riveted his attention » (C : 172).

8 Les exemples longs sont regroupés dans le fascicule Textes de référence.

9 Par exemple : le microtome (LC : 283), un petit manomètre bromoforme (ibid. : 404), la tréphine (CV : 10).

10 « Next I pumped into her 15 milligrams of diamorphine hydrochloride, perfect antidote to the atropine alkaloid which is the deadly element in belladonna » (TW : 191) / « Aussitôt après, je lui injectai quinze milligrammes de morphine, l’antidote parfait au constituant mortel de la belladonne » (CV : 146).

11 Définition du Collins : « Lysol: (trademark) a solution containing a mixture of cresols in water, used as an antiseptic and disinfectant. » En français, le traducteur a supprimé la majuscule.

12 Les caractères gras ont été ajoutés dans les exemples pour indiquer des points commentés dans l’article.

13 Certaines expressions latines, comme mist. alba – mitte decem qui sert pourtant de jalon (C : 254 / LC : 353), ont même été omises dans la version française.

14 Exemple type : « “j’ai dans mes malades une médiastinite secondaire très intéressante” […] Comme l’avait indiqué Manson, le cas était d’un intérêt exceptionnel, car il s’agissait d’un exemple rare d’inflammation persistante du thymus » (LC : 35).

15 « même le nom propre choisi au départ pour sa banalité s’auréole dans le texte cible du connoté “étranger” (voire “étrangeté”) du seul fait qu’il se trouve en rupture avec un co-texte qui lui est désormais hétéroglosse » (Folkart, 1991 : 11).

16 « les onomastiques panachées qui résultent d’une traduction sporadique ou sélective mènent droit au paradoxe » (Folkart, 1991 : 138-139).

17 take no less than three major postgraduate degrees to supplement my M.B., Ch.B.: the M.D., the M.R.C.P. and the D.P.H. of London (TW : 164) / briguer trois diplômes de complément d’études des plus difficiles, à Londres (CV : 107).

telling me I was now a Member of the Royal College of Physicians (TW : 169) / m’annonçait… que j’étais reçu (CV : 114).

who had the excellent F.R.C.S. degree (TW : 185) / titulaire d’excellents diplômes (CV : 136).

Par contraste, les titres politiques C.B., I.C.S. (TW : 195) sont explicités : commandeur de l’Ordre du Bain, du gouvernement des Indes. (CV : 157).

18 De même L.S.P., licencié de la Société des Pharmaciens pour L.S.A., Licentiate of the Society of Apothecaries (LC : 17, C : 11). Un autre problème s’est posé avec the C.M.M.F.B.―Coal Mines and Metalliferous Fatigue Board (C : 190), l’ordre exact étant rétabli quelques pages plus loin (The Coal and Metalliferous Mines Fatigue Board), d’où l’inexactitude de Conseil du Travail des Houillères et Usines métallurgiques (LC : 269) / métalliques (LC : 271). On pourrait suggérer Conseil des Mines de charbon et Gisements métallifères.

19 « L’organisme cité est de faible envergure ou peu connu en France, suivant le contexte et le destinataire, on est amené soit à en reprendre l’appellation originale, soit à en traduire la nature ou la fonction de façon banalisée c’est-à-dire bien sûr sans initiale en majuscule, solution préférable s’il s’agit d’un texte de vulgarisation destiné au grand public » (Durieux, 1988 : 152).

20 I’m doctor Hope! At least I used to think I was Hope. Now I’m definitely Hope deferred (C : 199) traduit par Je suis le docteur Hope, du moins je pensais jusqu’ici être Hope. À présent je suis définitivement un Hope différé. « Jeu de mots sur Hope qui signifie “espoir” (N.d.T.) » (LC : 276). Le traducteur a ici failli à sa tâche : « aussi banal soit-il, le nom propre est, ou devient grâce à la traduction, porteur de sens, soit qu’il connote à travers son signifiant, soit qu’il y ait adéquation de son dénoté au personnage qu’il désigne » (Folkart, 1991 : 136).

21 Nobody but the good old apathetic B.P. would put up with it―like our roads, for instance, a hopeless out-of-date chaos (C : 269), à rapprocher de dear B.P.―that’s the British Public. Ha! Ha! (C : 75).

22 « La simplification lexicale reflète avant tout un nombre moindre de mots employés dans la traduction, mais elle peut également prendre d’autres formes telles que l’approximation conceptuelle, le recours aux synonymes familiers ou encore la paraphrase culturelle. La simplification stylistique en remplaçant les phrases complexes par des phrases plus courtes ou moins alambiquées supprime les informations redondantes et les circonlocutions » (Blum-Kulka, cité dans Guidère, 2010 : 87).

23 Dans AI, Duncan se dépeint sous les traits d’« un pauvre petit garçon » et son premier amour, Margaret, sous ceux d’« une princesse qui vivait dans sa tour lointaine » (AI : 114), élément que l’auteur reprendra par la suite en faisant habiter son héros près de « Princess Street » (ibid. : 177).

24 « il définit une langue de spécialité, qu’il qualifie aussi de thématique, d’instrumentale ou de métier, comme étant “un langage pratiqué par une collectivité pour répondre à ses besoins spécifiques d’intercommunication”. En pratique, on observe trois catégories d’attributs d’une langue de spécialité : un vocabulaire ésotérique, des tournures particulières, des notions qui font barrage » (Descamps cité dans Durieux, 1988 : 25).

25 « l’intuition se situe précisément entre l’information et la décision. La démarche du traducteur face à un texte est assimilable à celle du médecin face à un patient » (Durieux, 1988 : 167).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cathy Parc, « « Confidences d’une trousse noire » : la greffe du discours médical dans les récits d’A. J. Cronin », Palimpsestes, 24 | 2011, 147-166.

Référence électronique

Cathy Parc, « « Confidences d’une trousse noire » : la greffe du discours médical dans les récits d’A. J. Cronin », Palimpsestes [En ligne], 24 | 2011, mis en ligne le 15 octobre 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/890 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.890

Haut de page

Auteur

Cathy Parc

Cathy Parc est docteure en études anglophones, agrégée d’anglais. Elle est chargée d’enseignement à l’Institut Catholique de Paris ainsi que dans d’autres universités parisiennes. Ses principaux domaines de recherches sont la poésie de langue anglaise, la linguistique et la traduction. Elle a publié un article sur l’œuvre d’Elizabeth Jennings dans Études anglaises, préparé une version française des quelque trois cents poèmes du recueil Collected Poems 1953-1985 de cette même poète et rédigé des articles sur la bande dessinée américaine, actuellement en attente de publication.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org