Navigation – Plan du site

De l’emploi récurrent de cause dans la première traduction de Nana : quel commentaire ?

Siobhan Brownlie
p. 97-120

Résumés

Cet article vise à explorer et exploiter les concepts de « prosodie sémantique » et de « préférence sémantique » en les appliquant à la recherche en matière de traduction littéraire. Il s’agit de phénomènes linguistiques qui, jusqu’ici, ont été très peu exploités dans le domaine de la traductologie. Nous présentons donc une étude de cas prenant comme objets d’étude le mot cause et l’utilisation qui en est faite dans la première traduction anglaise du roman Nana de Zola. Cette dernière mérite attention car la comparaison de cinq traductions anglaises de Nana révèle que le mot cause y est suremployé. Nous montrerons que la prosodie et la préférence sémantiques peuvent alors constituer des moyens subtils de commentaire sur le texte original. En effet, le suremploi de cause dans la première traduction de Nana s’expliquerait par la prosodie et la préférence sémantiques du mot et serait directement lié au contexte de production de la traduction.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article vise à exploiter et explorer les concepts de « prosodie sémantique » et de « préférence sémantique », empruntés à la linguistique de corpus, en les appliquant à la recherche en matière de traduction littéraire. La prosodie sémantique concerne le sens évaluatif, négatif ou positif, d’un mot, qui lui est apporté par l’environnement lexical habituel, alors que la préférence sémantique indique les champs sémantiques du co-texte habituel. Ces phénomènes linguistiques ont été, jusqu’ici, très peu exploités dans le domaine de la traductologie. Nous présenterons donc une étude de cas prenant comme objets le mot cause et l’utilisation qui en est faite dans la première traduction anglaise du roman Nana de Zola. Ce cas mérite attention car la comparaison de cinq traductions anglaises de Nana révèle un suremploi étonnant du mot cause dans la première traduction. Notre démarche sera la suivante : en premier lieu, nous mettrons au jour la prosodie et la préférence sémantiques du mot cause au xixe siècle grâce à l’étude d’un corpus électronique de textes originaux de l’anglais de cette époque ; puis nous nous pencherons sur l’étude du contexte de production de la première traduction de Nana, avant d’examiner enfin des exemples de l’emploi du mot cause dans cette traduction. Nous montrerons ainsi que la prosodie et la préférence sémantiques peuvent constituer des moyens subtils de commentaire sur le texte original. Le choix de cause dans cette traduction s’expliquerait donc par la prosodie et la préférence sémantique du mot et serait directement lié au contexte de sa production.

Prosodie sémantique, préférence sémantique et traductologie

2Louw définit la prosodie sémantique 1 comme « aura de signification » donnée à un mot par ses collocations : « a consistent aura of meaning with which a form is imbued by its collocates » (Louw, 1993), c’est-à-dire que si l’on trouve souvent un mot dans des contextes négatifs, le mot aura une prosodie sémantique négative ; par contre, s’il est souvent associé à des collocats 2 d’ordre sémantique positif, le mot aura une prosodie sémantique positive. Il existe également des cas de prosodie sémantique mixte et neutre. En somme, il s’agit de l’influence subtile des mots qui accompagnent habituellement le mot en question, qu’on appellera désormais le mot pivot. Lynne Bowker (2006 : 15) souligne le fait que le mot pivot en lui-même ne semble pas avoir un sens évaluatif. Elle cite comme exemple le verbe riddle pour lequel on trouve dans le dictionnaire Webster’s les définitions suivantes : « 1) to pierce with many holes 2) to spread through, permeate. » D’après ces définitions, riddle semble avoir un sens neutre : ni négatif, ni positif. Cependant, une étude approfondie de l’usage du mot révèle que la plupart du temps on l’emploie avec des collocats qui ont un sens négatif : bullets, gunfire, disease, drugs, hatred, guilt, etc. On dira donc que le mot riddle a une prosodie sémantique négative.

3Il importe de signaler une autre caractéristique particulière des prosodies sémantiques : souvent elles ne sont pas accessibles à l’intuition humaine, c’est-à-dire que nous n’en sommes pas conscients. Par conséquent, pour déceler et mesurer les phénomènes de prosodie sémantique, il faut avoir recours à l’outil informatique et à la capacité des ordinateurs de manipuler de grandes quantités de données. Dans le domaine de la linguistique de corpus, on traite de grandes quantités de données textuelles et, à l’aide d’un logiciel qui permet de trouver tous les exemples du mot pivot, et qui produit des lignes de concordance, le chercheur peut repérer des structures et collocations récurrentes.

4On peut se demander quelle est l’utilité d’étudier un phénomène qui demeure sans doute « insu » du traducteur lui-même et du lecteur et n’apparaît pas comme tel dans l’étude plus classique des traductions. Mais se pencher sur la prosodie sémantique se révèle intéressant dans la mesure où on peut avancer qu’elle influence éventuellement les auteurs et les lecteurs dans leur rédaction et leur compréhension d’un texte. Le sujet (auteur ou lecteur) est conscient du stimulus, qui est un stimulus linguistique, mais il n’est pas conscient de toutes les implications de ce stimulus, y compris les nuances subtiles de sens et ses réactions et attentes concernant les collocats du mot. Autrement dit, la prosodie sémantique fait partie de nos connaissances à la fois passives et actives (notre choix d’usage et notre compréhension des mots et des énoncés en tiennent compte), mais nous ne le savons pas de manière consciente.

5Pour les linguistes de corpus, découvrir la prosodie sémantique des mots relève de l’étude de l’usage des mots. En traductologie, le recours à cette notion fera partie de l’étude d’un texte traduit, appliquée de deux manières : au texte autonome (c’est la démarche que nous adoptons), ou à l’étude comparative du texte source et du texte cible. Dans ce dernier cas de figure, on procède à la comparaison de la prosodie sémantique de mots dans le texte source et de la prosodie sémantique des mots donnés comme équivalents dans le texte cible (voir Kenny, 1998). Il est également possible de comparer des corpus, par exemple de textes traduits et de textes non traduits en langue cible, pour étudier les différences concernant la prosodie sémantique de certains mots (voir Kemppanen, 2004), ou bien des corpus de textes dans deux langues pour comparer la prosodie sémantique de mots établis comme équivalents interlinguistiques (voir Bowker, 2006).

6Notre étude considère également une deuxième notion, proche de celle de la prosodie sémantique : la préférence sémantique. On dit qu’un mot démontre une préférence sémantique lorsqu’il se trouve souvent associé à des collocats qui appartiennent à un certain champ sémantique. Alors que la prosodie sémantique concerne une évaluation de négativité ou de positivité, la préférence sémantique concerne simplement le champ sémantique des collocats. Le mot large, par exemple, aura souvent comme collocats des mots qui décrivent des quantités ou des tailles : number(s), scale, part, amount, etc. (Stubbs, 2001 : 65). On dira donc que large démontre une préférence sémantique pour cette catégorie de mots.

7Pour les besoins de cette étude, nous avons choisi de nous pencher sur la prosodie sémantique et la préférence sémantique du mot cause dans l’anglais de la fin du xixe siècle, et ensuite d’étudier les implications du choix traductionnel de ce mot dans la première traduction anglaise du roman de Zola, Nana, traduction parue en 1884. Il y a deux raisons au choix du mot cause. Premièrement, une étude préliminaire de la traduction de Nana a révélé que ce mot est employé dans certains cas où le texte français ne semble pas a priori appeler cette traduction, autrement dit, le mot cause serait suremployé dans le texte anglais. L’examen d’autres traductions de Nana nous permettra de confirmer cette constatation. Deuxièmement, le mot cause a déjà été étudié du point de vue de la prosodie sémantique pour les corpus d’anglais du xxe siècle, ce qui permettrait une comparaison diachronique. La langue évolue constamment ; on peut donc supposer que la prosodie et la préférence sémantiques d’un mot évoluent. Puisque notre traduction date de 1884, il importait surtout d’étudier l’usage linguistique de la fin du xixe siècle.

Prosodie et préférence sémantiques de cause en anglais du xixsiècle

Corpus

8Notre corpus de référence 3 s’appelle le Corpus of Late Modern English Texts (CLMET). Constitué par Hendrik de Smet, il comprend des textes provenant du Project Gutenberg et des Oxford Text Archives, et couvre la période de 1710 à 1920, divisée en trois sous-périodes : 1710-1780, 1780-1850 et 1850-1920. Il compte 115 textes, et au total 9 818 326 mots. Smet (2005) explique que le corpus fut constitué suivant quatre principes. Premièrement, les textes inclus dans chaque sous-période sont de la plume d’auteurs nés à la même époque. Pour la troisième sous-période, par exemple, les auteurs sont tous nés entre 1820 et 1890. Le but de cette restriction est d’assurer davantage d’homogénéité parmi les textes d’une même sous-période. Deuxièmement, tous les auteurs sont britanniques et de langue maternelle anglaise ; cette mesure vise aussi une plus grande homogénéité. Troisièmement, la quantité maximale de texte écrit par un même auteur est de 200 000 mots. Limiter la contribution de chaque auteur répond au souci de réduire les influences idiosyncrasiques. Quatrièmement, le corpus inclut une variété de genres textuels et des auteurs provenant de divers horizons. La plupart des textes du Project Gutenberg et des Oxford Text Archives sont des textes littéraires écrits par des auteurs masculins issus de couches sociales aisées. Bien que le CLMET partage la même caractéristique, en choisissant les textes, Smet a essayé d’assurer une meilleure représentation des textes non littéraires et de registre moins soutenu, ainsi que des textes écrits par des femmes.

9Pour les besoins de notre étude, nous avons constitué un sous-corpus du CLMET qui couvre les dates qui nous intéressent. La première traduction britannique de Nana fut publiée en 1884. Consciente que l’usage linguistique peut évoluer assez rapidement, sur 30 ans environ 4, nous avons décidé de choisir les textes du CLMET qui furent publiés de 1874 à 1894, c’est-à-dire les textes datant de dix ans avant jusqu’à dix ans après la parution de la traduction de Nana. Ce groupe de 18 textes (que j’appelle CLM2) comprend 1 233 956 mots. Une étude préliminaire de ce corpus a révélé des différences intéressantes entre les textes de fiction et les autres catégories de textes. Nous avons donc décidé d’étudier séparément ces deux groupes, ce qui a motivé la constitution de deux sous-sections dénommées CLM2 fiction et CLM2 non-fiction. Le CLM2 fiction comprend treize textes et un total de 879 690 mots ; il s’agit de romans appartenant à divers genres : romans d’aventure, romans historiques, portraits de société, livres d’enfants, science-fiction, etc. Le CLM2 non-fiction comprend cinq textes et un total de 354 266 mots. Deux textes relèvent des sciences exactes ; les autres sont un livre d’histoire, un traité sur les problèmes de société et un texte de critique littéraire.

Méthodologie

10Pour étudier la prosodie sémantique et la préférence sémantique du mot cause pour nos deux corpus, nous avons utilisé le logiciel Wordsmith Tools. Ce logiciel permet d’établir des concordances qui montrent les lignes des textes où paraît le lemme caus* (« cause », « caused », « causes », « causing »). Dans certains cas, il est possible de décider immédiatement de la prosodie sémantique d’un mot, car le collocat pertinent se situe près du mot cause. Dans d’autres cas, il est nécessaire de prendre connaissance de plusieurs lignes de texte ; le logiciel permet de visionner jusqu’à un paragraphe de co-texte pour chaque exemple du mot cause. Nous avons décidé d’exclure deux significations du mot cause, celle qui indique un ensemble d’intérêts à soutenir (par exemple « a just cause »), et la signification juridique d’une affaire qui se plaide5. Nous avons retenu les significations qui indiquent la causalité, ceci dans le but d’assurer l’homogénéité de l’étude 6.

11On pourrait d’ores et déjà émettre des critiques sur nos résultats en avançant que le nombre total de mots des corpus utilisés est très réduit ; CLM2 comprend un total de 1 233 956 mots. Il est vrai que pour étudier la prosodie sémantique de l’anglais du xxe siècle, certains linguistes emploient des corpus énormes. Stubbs (1995) utilise le Bank of English Corpus de 120 millions de mots pour étudier le profil sémantique du mot cause. Pour l’anglais du xixe siècle, il n’existe pas de corpus électronique d’une telle taille. Les diachroniciens ont donc l’habitude de travailler avec de plus petits corpus. Toutefois, il est intéressant de constater que même pour l’anglais du xxe siècle, certains linguistes utilisent des corpus de taille modeste. Partington (2004), par exemple, se sert de deux corpus : un corpus de textes journalistiques de quatre millions de mots, et un corpus d’écrits universitaires d’un million de mots. La taille différente des corpus de Stubbs et de Partington reflète deux manières de procéder. Stubbs met en œuvre une méthodologie quantitative et il a recours à des logiciels qui effectuent le traitement statistique des données concernant la fréquence des collocats. Partington, en revanche, emploie une méthodologie plutôt qualitative où le chercheur effectue un examen approfondi des données. Pour ma part, j’ai adopté l’approche de Partington.

12En examinant les concordances pour établir le phénomène de prosodie sémantique, nous avons rencontré des problèmes d’interprétation qui n’ont pas été soulevés dans d’autres études, mais qu’il importe de souligner. Il n’est pas toujours facile de savoir quels collocats devraient entrer en ligne de compte : devrait-on tenir compte de tous les collocats, de ceux plus ou moins proches du mot pivot ? Il n’est d’ailleurs pas toujours facile de décider si un collocat a un sens négatif, positif ou neutre. On pourrait affirmer, par exemple, que disease est un mot négatif, mais qu’en est-il du mot burial ? Est-ce forcément un mot négatif ? Calm consciousness est-il un syntagme dont le sens est positif ? Parfois l’ensemble des collocats évoque des sens contradictoires, si bien que la prosodie sémantique semble être mixte. Quant à la préférence sémantique, le problème principal pour le corpus CLM2 non-fiction a été de décider la catégorisation selon le domaine (scientifique ou non scientifique). Si, par exemple, dans un texte du domaine des sciences exactes, il existe un passage où il s’agit de l’histoire de la vie d’un scientifique, il est difficile de classer le texte.

Résultats

13Si l’on tient compte des remarques du paragraphe précédent, il faut reconnaître que les statistiques que nous donnerons ici ne peuvent pas représenter des certitudes absolues 7. Il existe dans CLM2 un total de 333 exemples du lemme caus* renvoyant à la causalité. Voici les résultats pour la prosodie sémantique 8 :

Sens négatif des collocats

197

59 %

Sens neutre des collocats

117

35 %

Sens positif des collocats

13

3 %

Sens mixte des collocats

6

1%

14La majorité (59 %) des emplois de caus* dans le corpus CLM2 correspond donc à une prosodie sémantique négative. Ce chiffre est bien inférieur à celui donné par Stubbs (1995) pour l’anglais contemporain où il trouve que le pourcentage pour la prosodie négative de caus* s’élève à plus de 80 %. On pourrait en tirer la conclusion que l’usage linguistique a évolué, que la prosodie sémantique de caus* est devenue plus négative au cours de la période d’une centaine d’années qui s’étend de la fin du xixe jusqu’à la fin du xxe siècle9.

15L’examen des chiffres pour les deux sous-corpus, CLM2 fiction et CLM2 non-fiction, révèle une différence importante dont Stubbs ne tient pas compte dans son étude. En effet, pour CLM2 fiction le pourcentage de la prosodie sémantique négative s’élève à 72 %, alors que pour CLM2 non-fiction le pourcentage de collocats qui ont un sens négatif est de 39 %. Il y a donc un écart important dans l’usage du lemme caus* à la fin du xixe siècle selon qu’il s’agit d’un texte de fiction ou relevant d’une autre catégorie. CLM2 fiction compte 196 exemples du lemme caus* renvoyant à la causalité. Voici les résultats pour la prosodie sémantique :

Sens négatif des collocats

143

72%

Sens neutre des collocats

37

18 %

Sens positif des collocats

12

6%

Sens mixte des collocats

4

2%

16En ce qui concerne le corpus CLM2 non-fiction il était évident qu’il existait d’importantes différences entre les textes traitant des sciences exactes et les autres textes (traité de société, livre d’histoire, critique littéraire), dénommés désormais textes non scientifiques. D’abord, bien que le nombre de mots contenus dans les textes non scientifiques (207 152) soit supérieur à celui des textes scientifiques (147 114), le nombre d’occurrences du lemme caus* est beaucoup plus élevé dans ces derniers. On peut donc dire que le lemme caus* démontre une préférence sémantique pour des collocats relevant du domaine des sciences exactes. Ensuite, ce sont des collocats de sens neutre que l’on trouve le plus souvent dans les textes scientifiques, alors que ce sont des collocats de sens négatif qui sont les plus fréquents dans les textes non scientifiques. Comme le lemme caus* est davantage employé dans les textes scientifiques, la prosodie sémantique neutre prévaut dans ce corpus (57 %). Au total, le corpus CLM2 non-fiction comprend 137 exemples du lemme caus* renvoyant à la causalité. Voici les résultats qui indiquent la prosodie sémantique et le domaine du texte/phrase où apparaît le lemme caus* 10:

Collocats neutres

Scientifique

78

56%

Collocats négatifs

Non scientifique

36

26%

Collocats négatifs

Scientifique

18

13%

Collocats neutres

Non scientifique

2

1%

Collocats positifs

Non scientifique

1

0,7%

Collocats mixtes

Scientifique

1

0,7%

Collocats mixtes

Non scientifique

1

0,7%

17On peut conclure de ce tableau que la négativité reste un phénomène important dans ce corpus où 39 % des collocats ont un sens négatif (dans les textes scientifiques on remarque surtout le collocat disease et ses synonymes). Mais il faut principalement constater que le sens des collocats du lemme caus* est souvent neutre (57 % des exemples), et que dans ce cas la préférence sémantique concerne généralement les mots provenant des sciences exactes (56 %). Pour résumer les résultats, nous avons affaire à un mot qui déclenche un double phénomène : le lemme caus* évoque à la fois la prosodie sémantique négative et la préférence sémantique scientifique.

Cause dans la première traduction de Nana: quel commentaire sur l’original ?

Contexte de réception : naturalisme et Angleterre victorienne

18Avant d’étudier l’emploi du mot cause dans la première traduction de Nana, nous esquisserons d’abord le contexte de production de cette traduction et du texte original. Ces éléments nous fourniront éventuellement des motivations au suremploi du mot cause dans la traduction, motivations étroitement liées, nous semble-t-il, à la prosodie et préférence sémantiques de cause.

19L’année où Nana fut publié, parut Le roman expérimental (Zola, 1923 [1880]). Dans cet essai, Zola expose ses idées sur la littérature, c’est-à-dire les principes du naturalisme. Inspiré de la méthode scientifique et des thèses biologiques de l’époque, le naturalisme comporte trois éléments clés : l’observation, l’expérimentation et le déterminisme. D’abord l’observation : le romancier doit être un observateur neutre ; il examinera tout, y compris les aspects ignobles de la vie ; il reflétera de nature fidèle les lieux, les objets et le langage observés, y compris le langage du peuple ; il fera des descriptions détaillées ; et il ne doit pas porter de jugement moral. L’expérimentation consiste à mettre les personnages dans certaines circonstances, et à noter comment ils se comportent. Le romancier fera comprendre au lecteur les causes du comportement des personnages. Le déterminisme veut que le comportement soit fonction de forces naturelles : l’hérédité, le milieu, l’environnement, les pulsions physiques et les circonstances immédiates. On trouve de tels éléments dans le roman Nana, l’histoire d’une fille de la classe ouvrière qui devient l’une des courtisanes parisiennes les plus chères à la fin du Second Empire. Zola parle ainsi de la question de l’hérédité chez Nana : « une fille, née de quatre ou cinq générations d’ivrognes, le sang gâté par une longue hérédité de misère et de boisson, qui se transformait chez elle en un détraquement nerveux de son sexe de femme. » (Zola, 2002 [1880] : 224). Bien entendu, dans son écriture, Zola ne suivit pas à la lettre ses propres préceptes, mais l’influence des thèses naturalistes reste très sensible.

20La traduction de Nana fut publiée en 1884 par la maison d’édition de Henry Vizetelly. Le traducteur est anonyme 11. Vizetelly fut le premier éditeur anglais à publier à partir de 1884 des traductions des œuvres de Zola. La réception des romans de Zola en Angleterre est marquée par l’équivoque. Les premières traductions furent accueillies à la fois par des objections très fortes de la part des critiques et par une grande popularité auprès des lecteurs. Il y eut deux catégories principales d’objections : les premières concernaient la philosophie de Zola (le déterminisme), et les secondes portaient sur le contenu et le style (obscène et choquant). La popularité des traductions tenait sans doute au sensationnalisme et à la nouveauté des œuvres. Les procès et la condamnation de Henry Vizetelly pour l’obscénité de ses publications ne firent qu’augmenter la popularité de Zola et d’autres écrivains naturalistes. Le scandale Vizetelly/Zola éclata en 1888. Frierson (1928 : 545) constate que l’opprobre dont Zola fut l’objet fut de courte durée, car dès 1893 parurent en Angleterre des articles qui lui étaient favorables et, à cette même date, Zola lui-même se rendit en Angleterre où il fut reçu avec tous les honneurs. L’influence directe ou indirecte de Zola sur les écrivains anglais de l’époque est loin d’être négligeable. Il s’agit surtout d’un important élargissement de l’éventail des sujets romanesques, et de l’adoption d’une écriture plus analytique que moralisatrice (ibid. : 550)12.

21Penchons-nous maintenant sur le rôle des traductions de Zola dans l’introduction de l’auteur en Angleterre. Les textes français de Zola y circulaient librement, mais n’étaient accessibles qu’à un lectorat très restreint qui connaissait la langue française, essentiellement l’aristocratie et la haute bourgeoisie. Les traductions de la maison d’édition Vizetelly permirent d’apporter à Zola un lectorat important, toutes classes sociales confondues, d’autant plus que Vizetelly fut le pionnier des romans en un volume vendu à un prix modeste. Ernest Vizetelly, fils de Henry, estima qu’en 1886 un million d’exemplaires de traductions de romans français réalistes 13 circulaient en Angleterre (ibid. : 535). Il faut noter que Henry Vizetelly publia 18 titres de Zola ainsi que de nombreux titres d’autres auteurs français, et que la moitié de son catalogue 1880-1890 comprenait des traductions d’œuvres françaises (Korey et al., 2003). Vizetelly fut donc un personnage important pour la promotion de Zola en Angleterre ainsi que pour la promotion de la littérature française contemporaine en général. Il avait sans doute une double motivation : la promotion d’une littérature qu’il affectionnait, et l’exploitation d’un créneau commercial relevant du sensationnalisme et qui serait donc fort rentable.

22Pour que Zola ait de l’influence en Angleterre il fallait qu’il soit beaucoup lu. Ce n’est qu’à partir de l’introduction de ses traductions que Zola devint connu. Le lectorat était désormais constitué pour apprécier et demander des œuvres anglaises de style naturaliste ou incluant des éléments naturalistes, car le goût étant pris, de nouvelles attentes naquirent chez les lecteurs. Cependant, Vizetelly devait veiller à ce que ces livres ne soient pas saisis par la justice qui représentait le secteur conservateur de la société. Si les livres étaient bannis, ni son objectif commercial ni son objectif promotionnel ne serait atteint. Conscient du danger de poursuites en vertu de la loi sur les publications obscènes, et connaissant bien les sensibilités de la bourgeoisie victorienne, Vizetelly procéda dans ses traductions à une atténuation des éléments choquants des œuvres de Zola ; il effectua donc de l’autocensure. Il ne s’agit pas de coupures importantes ; la force de l’original n’est pas perdue, mais les traductions comportent des modifications subtiles. Dans la traduction de Nana, par exemple, on trouve de petites omissions, des substitutions, des interprétations, et des choix linguistiques qui ont comme effet de rendre la référence aux sujets tabous (la sensualité, le corps, la prostitution, etc.) moins directe, de produire un langage plus châtié, et de mieux correspondre aux idéologies de la bourgeoisie victorienne.

23Il s’ensuivit le paradoxe que la nouveauté méthodologique, littéraire mais aussi idéologique de Zola, la nouveauté qui attirait Vizetelly et les lecteurs, devait être atténuée pour que ces mêmes lecteurs soient assurés de pouvoir lire les livres. Le compromis entre la nouveauté et les forces conservatrices de la société anglaise de l’époque est donc la caractéristique principale des premières traductions, et aussi l’élément clé de la possibilité de la diffusion des œuvres de Zola en Angleterre. La stratégie de traduction adoptée constitue un double commentaire : elle souligne la valeur de la nouveauté zolienne, et la volonté donc d’introduire cette nouvelle vision littéraire en Angleterre, et reconnaît en même temps la nature choquante des œuvres de Zola aux yeux de la bourgeoisie victorienne.

Fréquences et hypothèses sur le suremploi de cause

24Hormis la traduction de Vizetelly, il en existe une autre, également publiée à l’époque victorienne, puis trois autres au courant du xxe siècle. La deuxième traduction victorienne, parue en 1895, fut effectuée par Victor Plarr pour le compte de la Lutetian Society, une association littéraire secrète qui avait comme objectif de produire exclusivement pour ses membres, et en tirage limité (300 exemplaires), les traductions non expurgées de romans continentaux, le statut de l’association la mettant à l’abri de la censure publique. Pour dégager la spécificité de la traduction de Vizetelly, il est fort utile de la comparer aux quatre autres traductions. Grâce à la constitution d’un corpus électronique comprenant le texte original de Nana et ses cinq traductions britanniques 14, et en utilisant le logiciel Multiconcord, nous avons pu procéder de manière efficace à la comparaison des textes. Pour étayer la supposition d’un éventuel suremploi du mot cause dans le texte de Vizetelly, nous avons fait une recherche pour mesurer la fréquence d’apparition du lemme caus* dans toutes les traductions. Voici les résultats (les traductions sont classées selon le nom du traducteur et la date de publication) :

Henry Vizetelly (1884)

76

Victor Plarr (1895)

51

George Holden (1972)

44

Charles Duff (1956)

39

Douglas Parmée (1992)

31

25D’après ces chiffres, il est clair que Vizetelly emploie le mot cause bien plus fréquemment que les autres traducteurs 15. On constate aussi que la fréquence est plus élevée chez les deux traducteurs victoriens (Vizetelly et Plarr), ce qui nous motive à énoncer une première hypothèse : à l’époque victorienne on aurait utilisé le mot cause plus fréquemment que dans l’anglais du xxe siècle. Voici un exemple où les traducteurs victoriens emploient le mot cause, alors que les trois autres traducteurs ne l’emploient pas :

Un tumulte la fit se relever.(Zola [§ 2268])

A sudden uproar caused her to stand up again. (Vizetelly)

A commotion caused her to stand up again. (Plarr)

A turmoil made her stand up again. (Duff)

A sudden hubbub made her stand up again. (Holden)

A sudden uproar brought her to her feet. (Parmée)

26On constate la présence d’une structure causative, make x do something, qui est synonyme de cause x to do something, mais plus idiomatique de nos jours. La structure avec make existait pourtant à l’époque victorienne 16 ; Plarr l’emploie dans l’exemple suivant, où seul Vizetelly emploie cause x to do something :

un coup de joie qui fit tout oublier à la jeune femme. (Zola[§ 2624])

a fit of joy which caused the young woman to forget everything else. (Vizetelly)

a joyful interlude which made the young woman forget all her troubles. (Plarr)

a joyous break which made the young woman forget everything. (Duff)

a joyful interlude which made the young woman forget all her troubles. (Holden)

her pleasure made her forget her troubles. (Parmée)

27Il est toujours possible d’imaginer un usage plus fréquent de la structure cause x to do something à l’époque victorienne. Quoi qu’il en soit, les différences liées à l’usage de l’époque n’expliquent pas l’écart important entre la fréquence d’apparition du mot cause dans les deux traductions victoriennes. Nous proposons donc une hypothèse à deux volets. Premièrement, l’emploi fréquent du mot cause dans la traduction de Vizetelly serait une particularité du traducteur, motivée inconsciemment par la prosodie sémantique négative du mot ainsi que par sa préférence sémantique de scientificité. Deuxièmement, le contexte de production de la traduction de Vizetelly serait étroitement lié au phénomène de suremploi du mot, contexte qui, comme nous l’avons vu, était fort différent de celui de la traduction de Plarr.

Examen d’exemples

28Nous avons d’abord examiné les passages de la traduction Vizetelly de Nana où figure le lemme caus*. Sur les 76 cas nous en avons exclu quatre qui ont comme signification le sens juridique de « cause » ou le sens d’un ensemble d’intérêts à soutenir. Le but dans un premier temps a été de se faire une idée générale des moments dans le roman où le traducteur emploie le mot cause. Il ne s’agissait pas d’examiner uniquement la phrase où figure caus*, mais le paragraphe et ceux qui l’entourent. Dans le tableau suivant nous résumons le contenu des passages où figure caus* 17 :

Relations de Nana avec les hommes (Georges, Daguenet, Muffat, Philippe, Fontan, Vandeuvres, Chouard, Steiner, remarques d’ordre général)

36 exemples

D’autres descriptions et activités de Nana (son corps, ses vêtements, la fête chez elle, ses domestiques, ses maisons, son activité d’actrice, son séjour à la campagne, son fils, sa mort)

18 exemples

D’autres sujets : adultère, prostitution, lesbianisme, guerre, courses de chevaux, théâtre

20 exemples

Passages où figurent des personnages vertueux (Mme Hugon, Estelle)

6 exemples

29On constate que le mot cause apparaît surtout lorsqu’il est question de Nana, de ses relations avec les hommes et d’autres aspects de sa vie. Sont importants également d’autres sujets qui seraient pour les Victoriens soit des sujets tabous soit des sujets d’ordre négatif (aux courses de chevaux, par exemple, il y a une malheureuse histoire de perte au jeu, voir catégorie 3 du tableau). Inversement, on trouve très peu d’exemples de caus* dans des contextes positifs tels que ceux où figurent des personnages vertueux. Dans une étude antérieure (Brownlie, à paraître 2007), nous avons démontré que la traduction de Vizetelly a tendance à transmettre une attitude plus négative que le texte original envers certains sujets : Nana, la prostitution, l’adultère, le lesbianisme, et le corps. La prosodie sémantique négative de caus* contribuerait à l’expression de cette attitude négative, mais en même temps la préférence sémantique scientifique soulignerait l’objectif zolien de décrire tous les sujets et tous les milieux sans exclusion en révélant des liens de causalité.

30L’examen complémentaire des 43 cas 18 où Vizetelly emploie le mot cause, mais où aucun des autres traducteurs ne l’emploie, semble confirmer cette hypothèse. Dans la discussion qui suit, nous présenterons des exemples représentatifs.

31Tout d’abord il existe des cas où le texte français n’appelle pas a priori l’emploi du mot cause. En voici un exemple :

Mais l’idée que Fontan les empêchait, elle [Mme Lerat], le gamin et sa mère [Nana], de nager dans l’or, l’enrageait au point de lui faire nier l’amour. (Zola [§ 1637]) :

but the idea that it was Fontan who was the cause why she, the child and its mother were not rolling in wealth enraged her to such a pitch, that she denied the existence of love. (Vizetelly)

but the thought that Fontan was preventing her and the brat and its mother from swimming in a sea of gold made her so savage that she was ready to deny the very existence of true love. (Plarr)

But the idea that Fontan was preventing them, herself, the little boy and his mother, from swimming in gold enraged her to the point that she utterly denounced love. (Duff)

but the thought that Fontan was preventing her and the kid, and its mother, from swimming in a sea of gold, made her so furious as to deny the very existence of love. (Holden)

But the thought that Fontan was preventing her, the boy, and his mother, from rolling in money was so infuriating that she didn’t want any truck with love. (Parmée)

32Le verbe empêchait est traduit par prevent dans toutes les traductions sauf celle de Vizetelly où il est traduit par was the cause why. Dans ce passage, Mme Lerat, la tante de Nana, se plaint à propos de la relation de Nana avec Fontan. Ce dernier est un acteur pauvre ; Nana a quitté la vie de riche courtisane par amour pour lui. Mais sa relation avec Fontan est difficile : il la bat, et son avarice l’oblige à se prostituer pour faire vivre le ménage. Tous les détails de la vie de Nana, y compris les éléments sordides, sont décrits minutieusement. Le mot cause exprimerait donc le double message de négativité (désapprobation de Fontan et de la vie de Nana) et d’observation scientifique qui aboutit à dégager les causes des événements.

33L’expression de la causalité dans la traduction de Vizetelly est assez fréquemment plus explicite que dans le texte original. Il s’agit surtout de l’étoffement de la préposition française de qui devient caused by. Nous avons compté 13 cas de ce genre. On remarque dans l’exemple suivant que les autres traductions n’emploient pas la structure caused by :

La phrase courait, on prenait rendez-vous ; pendant que les dissertations sentimentales des dames sur la musique couvraient le petit bruit fiévreux de cet embauchage. (Zola [§ 544])

His words were passed from one to another, and appointments were made; whilst the ladies’ sentimental dissertations on music drowned the agitated buzz caused by all these alluring attempts. (Vizetelly)

The news went round; the place of meeting was announced, while the ladies’ sentimental dissertations on music served to conceal the small, feverish rumour of these recruiting operations. (Plarr)

The word went round, the meeting-place was understood, and meanwhile the sentimental dissertations of the ladies on music served to dissemble the little excitement while this appointment was being arranged. (Duff)

Details of the party were exchanged and the meeting-place announced, while the ladies’ sentimental dissertations on music served to drown the low, excited sound of these recruiting operations. (Holden)

And the news was going round, arrangements were being made while all the time this hectic but discreet flesh-peddling exercise was being covered by the gushing outpourings of the ladies on the subject of music. (Parmée)

34Dans ce passage lors d’une soirée chez la comtesse Sabine, des hommes essaient de recruter des filles pour participer à une soirée chez Nana. Le mot cause pourrait fournir un commentaire négatif sur cette activité en même temps qu’accentuant la relation causale.

35Outre l’emploi de la structure caused by, il y a parfois l’ajout de quelques mots, ce qui rend la traduction de Vizetelly plus explicite, et parfois moins impressionniste que le texte original, comme dans l’exemple suivant où le syntagme the faint noise est ajouté :

Et, au milieu de cet air étouffé,de ces piétinements et de ces chuchotements, la voix des acteurs en scène arrivait étrange, assourdie, une voix dont la fausseté surprenait. (Zola [§ 1018])

And, in the midst of this stifling atmosphere and the faint noise caused by the light footsteps and the low whispers, the sound of the voices of the actors on the stage seemed strange and hushed, and surprisingly out of tune. (Vizetelly)

36Dans les deux exemples précédents, l’accent mis sur la causalité et sur l’enchaînement logique des éléments correspond à la doctrine naturaliste et la méthode scientifique prônée par Zola.

37Dans la traduction de Vizetelly le mot cause apparaît souvent – nous l’avons vu dans le tableau ci-dessus – lorsqu’il s’agit de sujets tabous chez les Victoriens. Dans l’exemple suivant, il s’agit de l’effet qu’a sur les hommes le corps quasi-nu de Nana jouant le rôle de la blonde Vénus au théâtre des Variétés :

À cette heure, ses moindres mouvements soufflaient le désir, elle retournait la chair d’un geste de son petit doigt. (Zola [§ 181])

Now, her slightest movements fanned the desire; the mere raising of her little finger caused those beholding her to quiver. (Vizetelly)

38On remarque que la traduction met davantage d’accent sur les spectateurs. L’emploi du mot cause dans la traduction de Vizetelly signalerait un commentaire désapprobateur, c’est-à-dire qu’il s’agit d’un événement peu respectable dans un lieu peu respectable (le théâtre), et de sentiments inavouables pour la bourgeoisie victorienne (autrement dit, cela ne se fait pas, et on n’en parle pas). Il signalerait aussi la nouvelle esthétique scientifique de Zola qui veut que le romancier décrive tout et qu’il révèle la cause des comportements et des sentiments.

39Dans un deuxième exemple de sujet tabou, il s’agit de la forme du corps de Nana et de ses sous-vêtements. Le discours bienséant des Victoriens était très pudique : pour parler de certains sujets, on se servait d’euphémismes. On ne parlait jamais directement, par exemple, des sous-vêtements ; on les appelait « the inexpressibles » (les inexprimables). La traduction est donc très osée lorsqu’elle mentionne drawers qui ont même des « voluminous dimensions ». On remarque cependant que le traducteur omet de mentionner un autre sous-vêtement, chemise, ce qui a pour effet de diminuer la force du texte. Malgré cela, on pourrait dire à nouveau que cause joue son double rôle, où, comme pour l’exemple précédent, le commentaire négatif porterait sur la scène autant que sur le discours :

Elle avait pris la patte de lièvre, elle la promenait légèrement, très attentive,si cambrée au-dessus de la toilette, que la rondeur blanche de son pantalon saillait et se tendait, avec le petit bout de chemise.(Zola [§ 985])

She had taken the hare’s foot, and was passing it very lightly and carefully over her face, leaning so forward over the dressing-table as to cause the rounded portion of her white drawers to swell out to voluminous dimensions. (Vizetelly)

40Tout comme pour l’omission signalée dans l’exemple ci-dessus, on trouve le mot cause associé à des éléments d’autocensure. La traduction de Vizetelly évite par exemple de traduire coucher avec par les locutions verbales sleep with ou go to bed with, comme dans le passage suivant :

Et elle coucha avec Muffat, mais sans plaisir. (Zola [§ 1286])

And she allowed Muffat to remain, though it caused her no pleasure. (Vizetelly)

41Dans l’exemple ci-dessous la traduction de Vizetelly produit une interprétation selon laquelle, plutôt que les hommes, c’est son savoir qui dégoûte Nana. On pourrait dire que ce choix de traduction fait preuve d’une attitude plus négative envers la prostitution que dans le texte original. L’emploi du mot cause renforcerait la désapprobation, mais signalerait également le choix de représenter et d’expliquer tous les aspects de la vie de la courtisane, y compris ses sentiments :

C’était, sous la caresse de cette enfance, une fleur d’amour refleurissant chez elle, dans l’habitude et le dégoût de l’homme.(Zola [§ 1208])

Beneath the child’s caresses, the flower of love bloomed again, in spite of her knowledge of man, and the loathing it caused her. (Vizetelly)

42Notre dernier exemple manifeste une erreur d’interprétation dans la description de la relation avec Fontan. Comme la fatigue et les dégoûts (de la prostitution) ne font qu’accroître l’amour de Nana, ils n’ont plus vraiment la valeur négative qu’ils revêtent dans la traduction, due principalement à la préposition in spite of (que l’on trouve également dans l’exemple précédent). Comme pour cet exemple-là, le choix de traduction, renforcé par l’emploi du mot cause, exprime une attitude négative des Victoriens :

Depuis qu’elle allait avec d’autres pour le nourrir, elle l’aimait davantage, de toute la fatigue et de tous les dégoûts qu’elle rapportait.(Zola [§ 1673])

Ever since she had been consorting with other men, for the purpose of feeding him, she loved him the more, in spite of all the fatigue and the loathing which this existence caused her. (Vizetelly)

43L’examen de ces quelques exemples confirme que cause révèle de façon subtile la négativité de sa prosodie sémantique en présentant un commentaire négatif sur une activité, une personne, un phénomène de société, ou sur le discours employé. Cette négativité correspond à une perspective victorienne. Le mot cause manifeste également une préférence sémantique de scientificité dans les passages de description détaillée de tout objet et activité, y compris les milieux défavorisés et les tabous victoriens, où l’accent est mis sur la cause des événements et des comportements – l’emploi de cause est ici en conformité avec les trois éléments clés du naturalisme : l’observation, l’expérimentation et le déterminisme.

Haut de page

Bibliographie

- - - - -

Textes de référence

Zola, Emile, 1884, Nana: A Realistic Novel. Translated without Abridgment, Londres, Vizetelly & Co. (réimpression The Heritage Press, New York, 1948).

—, 1971 [1895], Nana, trad. Victor Plarr, Londres, Book Club Associates.

—, 1972, Nana, trad. George Holden, Londres, Penguin Books.

—, 1973 [1956], Nana, trad. Charles Duff, Londres, Folio Press.

—, 1998 [1992], Nana, trad. Douglas Parmée, Oxford, Oxford University Press.

—, 2002 [1880], Nana, éd. Henri Mitterand, Paris, Gallimard.

Ouvrages et articles

Bowker, Lynne, 2006, « Investigating Semantic Prosody in Language for Special Purposes: A Corpus-Based Study in the Specialized Field of Labour Relations with Some Implications for Translation », in Translation Studies in the New Millennium, vol. 4, Ankara, Sisayal Yayinevi, p. 15-31.

Brownlie, Siobhan, à paraître 2007, « Examining Self-Censorship: Zola’s Nana in English Translation », in Billiani, Francesca (ed.), Modes of Censorship in Translation: National Contexts and Diverse Media, Manchester, St Jerome Publishing.

Frierson, William C., 1928, « The English Controversy Over Realism in Fiction 1885-1895 », in PMLA, vol. 43, 2, Ann Arbor, University of Michigan, p. 533-550.

Kemppanen, Hannu, 2004, « Keywords and Ideology in Translated History Texts: A Corpus-based Approach », in Across Languages and Cultures, vol. 5, 1, Budapest, Akadémiai Kiadó, p. 89-106.

Kenny, Dorothy, 1998, « Creatures of Habit? What Translators Usually do with Words », in Meta, vol. 43, 4, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, p. 515-523.

Korey, Maria Elena et al., 2003, Vizetelly and Compan(ies): A Complex Tale of Victorian Printing and Publishing, Toronto, Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto.

Louw, Bill, 1993, « Irony in the Text or Insincerity in the Writer? The Diagnostic Potential of Semantic Prosodies », in Baker, Mona, Francis, Gill et Tognini-Bonelli, Elena (eds.), Text and Technology: In Honour of John Sinclair,Philadelphia/Amsterdam, John Benjamins, p. 157-176.

Meyer, Paul Georg, 2000, « The Relevance of Causality », in Couper-Kuhlen, Elizabeth et Kortmann, Bernd (eds.), Cause, Condition, Concession, Contrast: Cognitive and Discourse Perspectives, Berlin/New York, Mouton de Gruyter, p. 9-34.

Partington, Alan, 2004, « “Utterly content in each other’s company”; Semantic Prosody and Semantic Preference », in International Journal of Corpus Linguistics, vol. 9, 1, Philadelphia/Amsterdam, John Benjamins, p. 131-156.

Smet, Hendrik de, 2005, « A Corpus of Late Modern English Texts », in ICAME-Journal, vol. 29, Lancaster, University of Lancaster, p. 69-82.

Stubbs, Michael, 1995, « Collocations and Semantic Profiles: On the Cause of the Trouble with Quantitative Studies », in Functions of Language, vol. 2, 1, Philadelphia/Amsterdam, John Benjamins, p. 23-55.

—, 2001, Words and Phrases, Oxford, Blackwell.

Vinay, Jean-Paul et Darbelnet, Jean, 1967 [1958], Stylistique comparée du français et de l’anglais (Nouvelle édition revue et corrigée), Paris, Didier.

Zola, Emile, 1923 [1880], Le Roman expérimental, Paris, Charpentier.

Haut de page

Notes

1 L’emploi du mot prosodie s’inspire de l’usage qu’en faisait Firth, à savoir une influence phonologique qui transcende les frontières segmentales (Louw, 1993 : 158).

2 Le mot collocation désigne une relation de voisinage et spécifiquement des associations d’items lexicaux. Le terme collocat, calqué sur l’anglais collocate, renvoie aux mots individuels placés dans un même environnement.

3 Pour l’anglais du xixe siècle il serait relativement facile de constituer son propre corpus électronique, car un nombre important de textes de cette époque est disponible sous forme téléchargeable sur Internet, notamment les textes du Project Gutenberg et les Oxford Text Archives. Nous avons préféré, cependant, utiliser un corpus déjà constitué et accessible sur Internet, non seulement pour faciliter le travail en gagnant du temps, mais également avec l’idée de contribuer éventuellement à une synthèse de tous les travaux effectués à partir de ce corpus.

4 Merja Kytö, communication personnelle, e-mail du 7 octobre 2005.

5 Ces exclusions ont été effectuées également pour l’étude de l’emploi de cause dans la traduction de Nana.

6 Le Oxford English Dictionary (1971) indique qu’il existe deux catégories principales de sens du substantif cause : 1) sens d’ordre général et 2) sens juridique et apparentés. C’est cette deuxième catégorie que nous avons écartée. Voici les sens du substantif cause de la première catégorie pour lesquels le OED donne des exemples datant de la fin du xixe siècle : « 1) That which produces an effect; that which gives rise to any action, phenomenon or condition 2) A person or agent who brings about or occasions something, with or without intention 3) A fact, condition of matters, or consideration, moving a person to actions; ground of action; reason for action, motive ». Pour le verbe cause, le OED ne donne qu’un sens : « To be the cause of, to effect, bring about, produce, induce, make ».

7 Les statistiques provenant d’études d’ordre purement quantitatif demandent aussi, bien entendu, à être traitées avec prudence car la prosodie sémantique, étant un phénomène touchant aux nuances de sens, exige un examen approfondi de toutes les données que fournit le co-texte.

8 Voici des exemples représentatifs issus du corpus :

1) Sens négatif des collocats : I confess that my weekly interviews, at least in one respect, cause me the bitterest pain.

2) Sens neutre des collocats : Amy had made the calculation, and wondered what was the cause of this arrangement.

3) Sens positif des collocats : The allusion had come so unexpectedly that it caused him keen pleasure.

4) Sens mixte des collocats : […] and cause him to expire [in the context, death through being cooked alive] in a happy and contented frame of mind.

9 On constate en effet que dans certains dictionnaires d’anglais contemporain la tendance négative des collocats de cause est répertoriée ; à titre d’exemple, dans le New Oxford English Dictionary : « verb. Make (something, especially something bad) happen ».

10 Voici des exemples représentatifs des quatre catégories les plus importantes :

1) Sens neutre des collocats/domaine scientifique: These facts have their causes; and the ascertainment of these causes is the doctrine of aetiology.

2) Sens négatif des collocats/domaine non scientifique : The harrying of Northumberland, the very invasion of England, with all the bloodshed that they caused, might be deemed blacker crimes than the unjust death of a single man.

3) Sens négatif des collocats/domaine scientifique : there are all gradations to the serious tumours which, by their mere size and the mechanical obstruction they cause, destroy the organism out of which they are developed.

4) Sens neutre des collocats/domaine non scientifique: A Toccato of Galuppi’s is as rare a rendering as can anywhere be found of the impressions and sensations caused by a musical piece.

11 Vizetelly pourrait être ce traducteur, mais nous n’en avons pas de certitude. Par commodité, pour les besoins de cet article je parlerai de « la traduction de Vizetelly ».

12 Certains romans de deux importants écrivains anglais de la fin du xixe siècle, George Moore et George Gissing, sont considérés comme des œuvres naturalistes. D’autres écrivains anglais adoptèrent le style naturaliste, mais souvent de façon partielle.

13 En Angleterre à cette époque, les dénominations « realist » et « naturalist » avaient la même signification.

14 Je remercie Mlle Lucie Brione, assistante de recherche, qui a constitué ce corpus, ainsi que la School of Languages, Linguistics, and Cultures de l’université de Manchester qui m’a fourni des fonds de recherche pour embaucher une assistante.

15 D’après Meyer, expliquer, justifier, discuter des causes, des conditions et des conséquences est un besoin fondamental exprimé dans le langage humain. Expliciter une relation causale dans le discours est toujours acceptable (Meyer 2000 : 27, 29). Mais ceci ne nous aide pas à comprendre pourquoi Vizetelly ajouta davantage d’éléments de causalité que les autres traducteurs.

16 Le OED donne le sens de cette structure comme suit : « to cause a person or thing to do sthg », et fournit des exemples représentatifs de 1847 et de 1896.

17 Certains passages où paraît une occurrence de cause concernent deux catégories de sujet.

18 Sur les 43 cas, il s’agit de 38 cas d’emploi du verbe, les structures les plus fréquentes étant to cause him/her a feeling, to cause x to do something, et caused by. Il y a seulement cinq exemples de structures nominales. Cet écart s’explique probablement par le fait que l’anglais est une langue centrée sur le verbe (Vinay et Darbelnet, 1967 [1958] : 103).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Siobhan Brownlie, « De l’emploi récurrent de cause dans la première traduction de Nana : quel commentaire ? », Palimpsestes, 20 | 2007, 97-120.

Référence électronique

Siobhan Brownlie, « De l’emploi récurrent de cause dans la première traduction de Nana : quel commentaire ? », Palimpsestes [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 01 septembre 2009, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://palimpsestes.revues.org/97 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.97

Haut de page

Auteur

Siobhan Brownlie

Siobhan Brownlie est maître de conférences en traductologie à l’Université de Manchester où elle est responsable de la filière littéraire du Master en Traduction. Sa recherche porte notamment sur le développement de la traductologie, l’étude descriptive de la traduction, la traduction en anglais de la littérature française des xixe et xxe siècles ainsi que la représentation des Français dans les media britanniques.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org